Elections au Chili : le basculement de l’imaginaire

YANEZ - 1311 - ACTUALITE - Elections au Chili. Le basculement de l'imaginaire2Après le premier tour des élections présidentielles où le centre-gauche est sorti en tête et obtient une majorité au parlement, le Chili se prépare pour son prochain mandat présidentiel qui sera définit le 15 décembre. L’attente ne se concentre plus tant sur l’issue du scrutin que sur la façon dont la candidate, qui  fort probablement remportera le deuxième tour, va exécuter son projet politique et gérer les attentes d’une société critique avec le modèle de croissance chilien.

Lors du scrutin du 17 novembre, Michelle Bachelet, représentant la coalition de centre-gauche  Nueva Mayorìa – et candidate pour son second mandat à la présidence du Chili, a obtenu 47% des votes, bien loin devant Evelyn Matthei la candidate de la droite qui arrive deuxième avec seulement 25%. Ce résultat a été interprété par certains analystes comme le reflet d’une victoire écrasante au vu de la quantité des candidats en concurrence (9 au total). D’autres y ont vu un échec électoral dans la mesure où jusqu’à la dernière minute les sondages envisageaient une victoire dès le premier tour. Cependant, si nous observons ces résultats au-delà du binôme Bachelet-Matthei, qui cristallise la dispute politique traditionnelle du centre-gauche et de la droite chilienne depuis le retour de la démocratie, nous apercevons un scénario politique beaucoup plus complexe qui explique pourquoi l’attention porte essentiellement sur ce qui va se passer après mars 2014, lorsque Sebastian Pinera finira officiellement son mandat.

Les manifestations étudiantes de 2011 ont eu un rôle charnière dans le panorama politique. Après une année de mobilisations, les étudiants ont réussi à installer dans l’imaginaire chilien une série de renvendications historiquement étouffées par le modèle de développement du pays, un des plus inégalitaires au monde. Ainsi, avec le retour dans l’agenda des revendications du système éducatif universel et gratuit détruit par la dictature, un nouvel espace de débat public s’est ouvert pour remettre en question aussi l’activité d’autres systèmes (constitutionnel, santé, retraite, logement, etc.) et les dynamiques qui régissent leur fonctionnement. Une situation inédite depuis le retour de la démocratie. Des concepts tels que le droit, la dignité, la régulation du profit, la solidarité, l’Etat, l’égalité, la participation, entre autres, ont envahi le débat social chilien. Des concepts de différents ordres qui ont déplacé les limites du possible et réinterrogé le sens que la société chilienne donnait au juste.

Cette situation se dévoile lorsque l’on observe que la plupart des candidats du premier tour se situe dans l’axe centre-gauche et qu’ils présentent presque tous le même dénominateur commun dans leurs programmes : trois transformations fondamentales pour éradiquer le modèle social mis en place par Pinochet qui continue de façonner la vie sociale du pays et qui, aux yeux de plusieurs citoyens concentre l’ensemble des pièges qui fragilisent encore la démocratie chilienne. Il s’agit de la réforme du système des impôts, du système éducatif et la construction légitime d’une nouvelle constitution. Ces trois projets remportent le soutien de plus de 70% des votes si nous prenons seulement les candidats qui s’y sont engagés ouvertement (Bachelet, Claude, Enriquez-Ominami, Miranda, Parisi et Sfeir). Notons qu’à droite même Matthei s’est mise à « offrir » des réformes de ce genre pour le deuxième tour, dans le but d’attirer un plus grand nombre d’électeurs indécis ou qui ne sont pas allés voter la première fois (l’abstention : un autre problème auquel doit faire face la politique chilienne et qui devient problématique).

Dans ce contexte nous pensons que l’imaginaire chilien a basculé à gauche, parce qu’après les manifestations de 2011, l’on peut apprécier la cristallisation d’une période dont les conditions historiques, économiques et sociales ont changé et qui a produit, en même temps, des transformations au niveau symbolique. Le vocabulaire et les attentes de la société chilienne ne sont plus les mêmes que dans les années 1990. Cela nous fait réfléchir autour l’émergence d’une culture social-réformatrice comme le signale Pierre Rosanvallon (2011)[1], celle qui dépasse l’espace des intellectuels et politiques propre à la gauche, pour s’installer dans l’ensemble de la société. Des idées et des principes qui permettent à la société de bouleverser un ordre social qui paraissait avoir naturalisé les inégalités et l’injustice, et les avoir considérés comme le résultat inévitable du développement. Ainsi, dans le répertoire programmatique de cette élection on a vu comment un langage mais aussi un projet ont commencé à s’imposer dans la société chilienne. Si l’on capture une image des arguments sur lesquels versent les débats politiques, il est clair que les propositions pour réduire les inégalités et intégrer une société hautement ségréguée prédominent sur les discours en faveur de la concurrence, de la croissance économique ou de la méritocratie, bannières de la droite chilienne.

Ainsi, l’intérêt pour les reformes structurelles de la société chilienne dépasse largement la proportion d’individus qui soutiennent Michelle Bachelet. C’est pour cela qu’il faut maintenant se demander comment elle compte gérer les attentes d’une société qui considère majoritairement qu’il faut modifier les règles du jeu pour que le Chili puisse devenir une société plus juste. Le pays entre dans un nouveau siècle économique, politique et social et l’imaginaire social chilien à tourné à gauche. Personne ne doute que Bachelet gagnera le deuxième tour et que sa coalition aura la majorité au Parlement. Mais cela suffira-t-il pour que cette vague si hétérogène réussisse à transformer la société chilienne à partir de 2014? Telle seront les attentes au soir du dimanche 15 décembre.


[1] Rosanvallon, P., 2011, La société des égaux. Éditions du Seuil, Points, Essais.

Colombie : la rébellion des « ruanas » contre les traités de libre échange

VALENCIA - 1310 - conflits agraires colombie 11Levántate y mira la montaña
de donde viene el viento, el sol y el agua.
Tú que manejas el curso de los ríos,
tú que sembraste el vuelo de tu alma…[1]

La rébellion des « ruanas » [2]

En Colombie, il y a un proverbe populaire qui dit : « la ley es para los de ruana », «la loi, c’est pour ceux de ruana». «Ceux de ruana», est un qualificatif péjoratif qui désigne les marginalisés ou les exclus des décisions politiques depuis toujours, ou tout au moins depuis la naissance de la vie républicaine en Colombie au XIX siècle. D’après ce proverbe il y a une élite qui produit la loi et se protège elle-même de ses conséquences, tandis que le peuple, les citoyens colombiens en subissent les effets : impôts, effets punitifs, etc.

Mais la récente grève populaire en Colombie a rappelé un fait que la majorité urbaine tend fréquemment à mépriser, ignorer ou oublier. Lorsque «ceux de ruana» se sont révoltés pour la dernière fois, la Colombie a obtenu l’indépendance de la couronne espagnole. Elle a rappelé aussi que même ceux de «ruana» s’impatientent, se fatiguent, ne croient pas à un gouvernement qui, à leurs yeux, vend la terre du pays aux grandes entreprises étrangères et qui est capable d’écraser ses citoyens, que la classe dirigeante colombienne considère traditionnellement comme de simples donneurs de voix.

Des médias indépendants colombiens ont estimé que ce que l’on a appelé la «grève nationale agraire et populaire» d’août dernier a mobilisé près de 300 000 paysans dans tout le pays[3].

Les mesures issues des traités de libre échange (en espagnol, Tratados de Libre Comercio, TLC) avec les États-Unis et l’Union Européenne permettent la vente et l’exportation vers la Colombie de produits agricoles élémentaires pour la consommation, à des taux douaniers bas. Du riz, du lait, de la viande, de l’huile, du maïs, du café, parmi d’autres produits pourraient entrer en masse dans le marché interne à des prix défiant les concurrences nationales.

La Colombie a de larges portions de son territoire et nombre d’agriculteurs dédiés traditionnellement à la production et la vente de leurs produits dans les villes colombiennes et à l’international. Cependant, la situation des habitants du monde rural colombien est difficile. Selon l’Université des Andes, la pauvreté rurale est de 46.8%, et seuls 41% des paysans colombiens disposent d’un droit d’accès à la terre (propriété ou usufruit).[4]

A ces conditions difficiles s’ajoutent les problématiques causées par les TLC, déjà en vigueur avec les États-Unis, qui mettent les paysans colombiens en désavantage. En Colombie il n’y a pas de subventions étatiques à la production agricole pour financer les produits fertilisants et le transport des produits alors que ces subventions existent aux Etats-Unis et en Europe car exigées par leurs marchés respectifs. Ces conditions techniques spécifiques sont inatteignables par les agriculteurs colombiens à moins que le gouvernement ne prenne au sérieux leurs revendications.

Revendications

Prohibieron las semillas nativas, porque son sucias, improductivas y van contra la modernidad del agro colombiano.

Y entonces miles de campesinos mugrosos, incómodos en medio de tanta limpieza, se echaron a las calles y a las inmaculadas carreteras, para ensuciarlas con sus ruanas y con sus callos y con sus botas y con su sangre[5]

Dans un premier temps, les paysans ont demandé la suspension de la résolution administrative 9.70 rédigée par l’ICA (Institut Colombien d’Agriculture) qui pénalise la réutilisation de semences certifiées avec un réprimande écrite, une amende qui peut aller jusqu’à 10 000 fois le salaire minimal colombien et la fermeture temporelle ou définitive de leurs commerces.

Au fur et à mesure qu’ont été instaurés les comités de négociation paysans/gouvernement, les réclamations ont augmenté allant jusqu’à demander la révocation du TLC ou au moins sa renégociation. Les jours de négociation se sont succédés tandis que la tension, les confrontations durant les manifestations et les victimes ont augmenté tant du côté de la population que de la police dans les villes et sur les voies et autoroutes colombiennes.

Résoudre la crise agricole et minière, permettre le droit de propriété de la terre, garantir le droit des paysans à être reconnus comme des sujets politiques, mettre en place une politique d’investissement en équipements de santé, d’éducation, en infrastructure viaires, acheminer l’eau et l’électricité dans les territoires ruraux, telles sont les nombreuses revendications qui tardent encore à être reconnues.

Premières réponses gouvernementales et leurs conséquences

   «Il n’y a pas de grève nationale agraire» [6] Juan Manuel Santos, président de la République.

« (…) ¡represión, represión y bolillo por montón!», Chant des manifestants.

 

«Il n’y a pas de grève nationale agraire», a ainsi dit au début le président Juan Manuel Santos face aux demandes exprimées publiquement par les paysans et leurs leaders regroupés autour des syndicats de travailleurs agricoles.

Cette déclaration, qui s’ajoute aux graves répressions de la police à l’encontre des manifestants dénoncées sur Facebook, Tweeter et d’autres médias, est peut-être la plus chère en termes politiques de ce gouvernement.

Elle a éveillé l’indignation des paysans qui ont accru les blocages des villes et des principales autoroutes du pays. Avant cela, les causes des protestations rurales étaient souvent méconnues par les populations urbaines. L’intervention du Président a alors déclenché une vague de solidarité urbaine provoquant des «cacerolazos» sans précédents à Bogotá, Medellín, Cali, Tunja, entre d’autres.

D’autres secteurs sociaux sont aussi descendus dans la rue pour soutenir la grève nationale agraire et populaire et faire connaître leurs revendications. Enseignants et étudiants de l’école primaire, secondaire et de l’université, travailleurs de santé, ouvriers d’entreprise, mineurs, camionneurs routiers entre autres se sont identifiés durant quelques jours aux réclamations du monde rural colombien. La problématique, dit-on, est loin d’être limitée aux agriculteurs et aux producteurs agricoles.

La résolution 9.70 a été suspendue en réponse aux premières réclamations. Cependant, le gouvernement continue de refuser toute autre pétition de révision ou de réforme des TLC en ce qui concerne l’agriculture.

Il propose des subventions au secteur agricole pendant deux ans, afin de faire face aux importations massives de produits qui peuvent menacer l’agriculture colombienne, la disparition des techniques paysannes traditionnelles et, pire encore, la disparition des semences d’origine du sol colombien, héritages de la terre pour toute l’humanité.

Ce qu’il en reste…

Malgré la création du « pacte national pour l’agriculture colombienne »[7], une équipe de conseillers nommée par le gouvernement pour fluidifier le dialogue social et signer des accords avec chacun des secteurs productifs, le mouvement social entre les différents secteurs peine à trouver une cohésion permanente. Même si la mobilisation est forte, il n’y a pas de direction nationale regroupant toutes les revendications du mouvement.

D’autre part, le gouvernement ayant été renouvelé par décision présidentielle prévue par loi, l’investisseur Rubén Darío Lizarralde, dont l’entreprise Indupalma  exploite l’huile de palme et le caoutchouc, a été nommé de ministre de l’agriculture et du développement rural alors que et que de graves accusations pèsent contre lui. En effet, le sénateur Jorge Robledo, du Polo Democratico Alternativo fermement opposé aux TLC, a interpellé à deux reprises le nouveau ministre de l’agriculture au sujet de graves accusations pesant sur son entreprise car celle-ci se serait approprié des terrains en friche appartenant à l’Etat. Le ministre n’a pas relevé ces interpellations arguant que ces activités concernent l’entreprise Indupalma  à laquelle il n’appartient plus (innocent car il n’est plus responsable)[8].

Les espoirs des paysans mobilisés contre le gouvernement sont donc plutôt incertains. L’intervention d’un des comités de paysans engagé dans la lutte[9] résume bien le scepticisme ambiant partagé par les paysans : « nous regarderons de près si les promesses de sauvegarde du secteur signées à chaud par le gouvernement à cause de la grève seront à l’avenir respectées à la lettre. Les paysans ont un proverbe qui résume bien la situation: «amanecerá y veremos» »[10].

Suggestions de vidéos

« La Rebelión de las Ruanas ». Especiales Pirry. Rcn.

Documentaire 9.70. Dir. Victoria Solano

Documentaire 9.70. Dir. Victoria Solano (En anglais)

 


[1] En français: «lève-toi et regarde la montagne d’où viennent le vent, le soleil et l’eau, toi qui gère le cours des fleuves, toi qui as semé le vol de ton âme». Dans: Salazar, Héctor. ¡¡¡QUÉ SACUDÓN TAN BRAVO!!! ¿De la Protesta Agraria al Levantamiento Civil?.

[2] Ruana : Nom donné à un vêtement traditionnel en forme de cape, utilisé par les paysans des régions froides, y compris ceux où les mobilisations populaires se sont plus intensifiées : Boyacá, Cundinamarca, Nariño, parmi d’autres.

[5] En français : « On a interdit les semences d’origine, car elles sont sales, improductives et contraires à la modernisation de l’agriculture colombienne. Alors des milliers de paysans crasseux sont sortis vers les autoroutes immaculées, fatigués de tant de propreté, pour les salir avec leurs «ruanas», leurs pieds calleux, et leur sang ». (H. Salazar, ibid)

[6] En espagnol: «el tal paro nacional agrario no existe».

[7] Otro pacto más? Ed. Journal El Colombiano. 16 septembre 2013. Voir aussi: Compromisos Gran Pacto agropecuario Antioquia.

[8] Robledo, Jorge Enrique. Lizarralde no puede ocultar su pasado y ser ministro.

[9]  Le comité pour la dignité des paysans de la pomme de terre et de la souveraineté alimentaire. En espagnol «Comité por la Dignidad Papera y la Soberanía Alimentaria».

[10] En français: «on verra lorsqu’il fera jour».

L’intégration sociale à l’école chilienne : les apports de la sociologie française

GONZALEZ - 1309 - Intégration sociale à l’écoleL’institution scolaire a été considérée par de nombreux auteurs comme étant l’institution qui, par excellence, est le lieu où se construit le lien social dans les sociétés modernes, rendant possible l’intégration en son sein. C’est ainsi que, grâce â son rôle central joué dans le processus de socialisation des nouvelles générations, l’école s’est trouvée au centre de profondes analyses.

Actuellement, l’école vit des processus inédits qui, si on les interprète à la lumière des analyses classiques de la sociologie de l’éducation, peuvent ne pas être compris dans toute leur complexité. Tout en reconnaissant les apports notables à la discipline, y compris en reprenant de nombreuses contributions, la recherche entreprise ici est centrée sur les raisons pour lesquelles deux des analyses les plus célèbres sur l’école semblent ne pas être suffisantes pour comprendre ce nouveau scénario. Il s’agit des travaux réalisés par Émile Durkheim et Pierre Bourdieu, plus précisément à deux d’entre eux parmi les plus célèbres au sujet de l’école, à savoir  L’éducation morale  (1925) et  La reproduction  (1979), respectivement. Ces travaux se sont transformés en d’authentiques références de la pensée, déterminant de façon décisive les questions que les sciences sociales au niveau mondial se posaient concernant l’école. D’un côté, en relation à la transmission des valeurs et des normes et de l’autre à l’inégalité. En leur temps, ces deux références de pensée furent utiles de par elles-mêmes pour analyser des contextes aussi différents que distants, à savoir ceux qui furent examinés par ces mêmes auteurs, raison pour laquelle elles en arrivèrent à se convertir en de véritables modèles pour comprendre toute réalité éducative.

Depuis bientôt plus d’une décennie, on s’est mis à effectuer des travaux de recherche sociologique concernant l’éducation qui, en se classant héritière de cette tradition de pensée, ont concentré leurs efforts pour révéler la nouvelle complexité de l’espace scolaire, obtenant ainsi que soient introduits de nouveaux éléments à l’analyse par l’intermédiaire de nouvelles questions. Parmi ces travaux, il vaut la peine de relever tout particulièrement celui effectué en France par Agnès van Zanten, L’école de la périphérie publié en 2001[1], qui renferme plusieurs recherches ethnographiques réalisées pendant 7 ans en relation à la construction des ségrégations scolaires dans la banlieue parisienne.

Enfin, à la suite de ces derniers apports de la sociologie de l’éducation, plusieurs réflexions en relation au contexte scolaire chilien feront l’objet d’une présentation. Celles-ci surgissent à partir des interrogations suivantes, à savoir quelles sont les nouvelles formes d’inégalité de l’intégration sociale à l’école au Chili, comment s’expriment-elles et quelles en sont les conséquences chez les individus.

1. Durkheim : la question pour les valeurs et les normes

Émile Durkheim fut le premier sociologue à se consacrer à l’étude de l’école dans les sociétés modernes et à faire référence au fait que sa fonction sociale primordiale était le maintien du lien entre l’individu et la société[2]. Durkheim octroya ainsi à l’école publique la responsabilité de transmettre à l’enfant les dispositions fondamentales qui sont à la base de la vie morale. C’est alors que c’est l’école, et non la famille, l’institution appelée à former des individus réfléchis et libres et à leur montrer qu’ils font partie d’un groupe social.

L’intérêt manifesté par cet auteur pour l’institution scolaire répond à sa préoccupation face à ce qu’il interprétait comme une dégradation des liens sociaux qui, selon lui, menaçait la société de son temps. Cette crise, qu’il se plaît à nommer le mal de l’infini, se serait produite par la dissolution des croyances morales, vu que ses fondements commençaient à perdre leur influence sur les volontés des individus. Dans L’éducation morale[3], publiée de façon posthume en 1925, notre auteur identifie trois fondements de la moralité, à savoir : l’esprit de discipline, l’adhésion aux groupes sociaux et l’autonomie de la volonté. Ces trois éléments sont essentiels pour comprendre la façon dont il prétend faire face à cette crise de la société moderne. En effet, il consacre cette œuvre à la recherche des forces morales qui sont à la base de la vie morale, avec le propos de remettre entre les mains des enseignants les outils nécessaires de façon à leur permettre de transmettre à leur tour les dispositions générales permettant aux individus d’élever leur niveau de conscience et de vivre en société. Il est bon de signaler que, pour Durkheim, la morale, « consiste en un ensemble de règles définies et spéciales qui déterminent impérativement la conduite »[4]. En conséquence, sa fonction est de déterminer la conduite des individus, de la réguler, de la soustraire de l’arbitraire individuel, fonction sans laquelle le bien-être d’une société ne serait pas possible[5] : sans règles morales, une société vivrait dans un état d’instabilité et de vacillation permanentes.

a. Les fondements de la moralité d’après Durkheim.

Le premier élément essentiel de la moralité qui ressort de l’analyse durkheimienne est l’esprit de discipline. C’est en lui que confluent deux composants : le sens de la régularisation et le sens de l’autorité. Comme la morale a pour fonction principale de régulariser la conduite des individus, la moralité implique la tendance à répéter les mêmes actes dans les mêmes circonstances, faisant ainsi l’économie de l’incertitude face á chaque évènement nouveau. C’est pour cela que la morale, pour Durkheim, est essentiellement identique à elle-même[6]. D’où la possibilité d’affirmer que toutes les pratiques morales sont des habitus collectifs, vu qu’ils impliquent une régularité.

Dés lors, pour qu’un acte soit moral, il ne suffit pas qu’il soit régulier car il existe des actes réguliers qui n’ont pas de sens moral profond, comme le sont de nombreux habitus collectifs. De ce point de vue, Durkheim propose un second élément qui se réfère à la notion de règle. À la différence d’un habitus, une règle est par essence quelque chose d’externe à la volonté des individus, un ordre impératif qu’ils n’ont pas la possibilité de modifier de façon arbitraire. Celle-ci – la règle – exerce une coaction sur les individus jusqu’à fixer en chacun d’eux une règle de conduite. Mais sur quel élément externe s’appuient les règles qui parviennent de cette façon à imposer chez les individus un mode d’action face auquel il n’est pas possible de résister, spécialement quand il s’agit de règles morales ?

Pour Durkheim, cet élément externe est la notion d’autorité, comprise comme « l’ascendant qu’exerce sur nous toute puissance morale que nous reconnaissons comme supérieur à nous »[7]. L’autorité prescrit les actions aux individus et ce sont eux qui obéissent non pas pour se sentir inclinés par leur volonté à les obtempérer mais parce qu’il s’agit d’une force externe qui les leur impose. C’est ce que l’auteur va dénommer comme étant l’ « obéissance consentie ».

Avec une force toute particulière, les règles morales sont observées pour enfermer en elles un savoir qui impose respect chez les individus. Ce respect prend appui sur la certitude que si on respecte l’ordre, l’individu est assuré qu’il en obtiendra des effets utiles ou bénéfiques. Au contraire, toutes les possibilités d’action qui ne se conforment pas à lui supposeront un risque éventuel pour l’individu. Tel est le cas de l’autorité qui pourra émaner d’un savoir professionnel, tel que celui que présente un enseignant face à ses élèves, et en tenir compte pourrait signifier d’importants profits pour eux. Cette conjugaison entre respect et considérations utilitaires sont des éléments qui confèrent autorité à un être social, qu’il s’agisse d’individu ou d’institution.

Considérés ensemble, le sens de la régularité et celui de l’autorité, éléments étroitement liés, forment pour Durkheim le premier fondement de la moralité, à savoir l’esprit de discipline. La discipline sera comprise alors comme une autorité régulière.

S’il est vrai que la discipline est pour Durkheim une coaction sur l’individu, il est intéressant d’observer que celle-ci revêtira un caractère différent de celle d’une simple limitation qui utilise la violence sur la nature des choses. Par le moyen de tout frein et de toute limitation, on ne trouvera jamais satisfaction, vu que l’homme, dans cette situation, se verra prisonnier de lui-même, enchaîné par son propre désir tyrannique, se plaignant pour ce qu’il dénomme le mal de l’infini. Durkheim en avertit : « Le pessimisme accompagne toujours les aspirations illimités »[8]. L’esprit de la discipline a par conséquent la fonction de libérer l’individu de cette souffrance de telle sorte qu’elle est un élément utile aussi bien aux individus qu’aux institutions sociales. Cet esprit confère un sens à l’existence grâce à la régularité de ses actions et à la proposition des tâches concrètes, conditions nécessaires à la vie sociale. Ainsi comprise, la discipline serait un élément émancipateur et non pas, comme on a l’habitude de le penser, oppressif. À ce sujet, l’auteur s’exprime ainsi : « La maîtrise de soi, voilà la première condition de tout pouvoir vrai, de toute liberté digne de ce nom »[9]. C’est la raison pour laquelle il dépose dans l’institution scolaire la responsabilité d’inculquer chez les individus la disposition envers la discipline. Si l’école ne parvient pas à accomplir cette mission et si les individus ne sont pas capables d’accepter et de respecter les règles, des processus anomiques se déploieront à l’intérieur de la société, contribuant ainsi à sa désintégration et à la fragilisation des liens sociaux.

Le second élément essentiel de la moralité identifié par Durkheim est celui de l’attachement aux groupes sociaux. Un individu se sent engagé avec un autre pourvu que les liens entre eux soient définis par la solidarité. Partant, une société intégrée est celle dans laquelle ses membres agissent moralement, c’est-à-dire là où «des relations entre des consciences »[10] l’emportent. Au contraire, quand les individus ne sont plus animés par une force collective et par l’autorité qui en émane, le sens du lien social se fragilise et chacun se replie sur ses propres intérêts[11].

Il est sûr que pour Durkheim, la seconde mission de l’école consiste à inculquer l’intégration entre les membres de la société. Sinon, au cas où elle n’arrive pas à fortifier la conscience collective et l’association, faisant perdre aux élèves le sens du lien social, des processus déterminés par l’égoïsme en arriveront à s’imposer. Comme en avertit Serge Paugam, des processus caractérisés par l’égoïsme sont le résultat de l’ « affaiblissement de la pression de la collectivité sur l’individu et du désarroi moral qu’a pu susciter chez lui la désintégration de la société » [12].

En dernier lieu, le troisième fondement de la moralité identifié par Durkheim est celui de l’autonomie et de la volonté. Cet élément, dénommé aussi par lui-même comme l’intelligence de la morale, se fonde sur la conscience des raisons qui font agir un individu en fonction des deux éléments précédents. La volonté d’adhérer à l’esprit de la discipline et à l’attachement aux groupes sociaux représente de la part de l’individu son acceptation d’un mode rationnel et libre de vie. Celle-ci correspondrait á la troisième mission que Durkheim attribue à l’école, à savoir celle de préparer les élèves pour qu’ils se convertissent en individus réflexifs vis-à-vis d’eux-mêmes et face à la société.

b. Observations sur la théorie de Durkheim.

Une fois révisés les fondements de la moralité proposés par Durkheim, il est possible de constater, premièrement, que sa préoccupation centrale au moment de penser l’école se trouve enracinée dans la transmission des valeurs et des normes de la société aux nouveaux individus. C’est ainsi que parvenir à inculquer l’engagement envers la collectivité et à réguler la conduite d’un individu est au cœur du labeur socialisateur du professeur, car ce sont les conditions nécessaires pour l’intégration et la stabilité dans les sociétés. Autrement dit, pour Durkheim, l’intégration et la régulation sont les fondements principaux du lien social et l’absence ou la présence démesurée de n’importe quel de ces éléments provoque des altérations au niveau non seulement individuel mais aussi institutionnel[13].

 En second lieu, il convient de signaler que par le fait de se centrer sur l’analyse des processus de dégradation des liens sociaux, les processus de domination n’ont pas représenté un thème de développement additionnel dans l’œuvre de Durkheim. Son cadre d’interprétation ne nie pas le besoin qu’ont les individus, en certaines circonstances irrégulières et critiques, de réaliser des transformations partielles ou définitives aux normes en vigueur d’une société, et ce dans la mesure où cela ne se confondrait pas avec le sentiment de rejet permanent de toute discipline et de toute réglementation. Cependant, ce n’est pas ici que notre auteur centra son attention.
C’est à partir de ces constatations qu’il est bon de signaler que les contributions de cet auteur ne sont pas suffisantes pour comprendre bon nombre de processus vécus actuellement à l’intérieur de l’école. De fait, si l’on fait cas de cette ligne de pensée pour interpréter des processus de désobéissance au sein de l’école tels que ceux qui se sont déroulés au Chili depuis bientôt sept ans, on court le risque de réduire les causes des mouvements étudiants à un simple processus d’une insuffisante incorporation de la régulation de la part des individus. Comme cela a été relevé précédemment, le mécontentement et la critique sont considérés par Durkheim comme positifs dans la mesure où ils ne doivent pas se perpétuer dans le temps ; le contraire serait un reflet d’un symptôme d’un processus anomique qui menace de déstabiliser la société. Tout en tenant compte des contextes actuels dans lesquels se situe l’école, cette lecture semble insister sur le fait que la voie pour obtenir la cohésion sociale doit suivre une division efficiente du travail, en priorisant davantage le maintien du status quo que les processus réels d’intégration fondés sur la solidarité ou la justice. En suivant cette ligne, on laisse de côté d’importants problèmes qui affectent l’école actuelle, tels l’inégalité, l’exclusion et la discrimination. On le fait aussi à l’égard des mouvements étudiants qui peuvent être compris comme un exercice de citoyenneté qui surgit depuis l’intérieur des écoles en réaction aux nouvelles formes inégales de l’intégration sociale, lieux où adhérer sans les remettre en question aux règles d’un modèle manifestement injuste apparaît comme étant une façon d’accepter la domination.

 Il est bon de rappeler que Durkheim mène ses réflexions dans un contexte particulier, caractérisé par la naissance de l’État-Nation au sein duquel l’école apparaît être l’instrument le plus approprié pour transmettre les valeurs de la République à commencer par la consolidation d’une langue unique qui rendrait possible la création d’une identité nationale. Une critique à l’endroit du système et une analyse de la domination, semblent en toute logique absentes dans l’œuvre de notre auteur.

 L’œuvre de Bourdieu, objet de l’analyse suivante, tout en étant héritière de la tradition sociologique française initiée par Durkheim, ainsi que de la théorie marxiste, assume les absences signalées.

2. Bourdieu et la préoccupation pour l’inégalité 

La Reproduction. Éléments pour une théorie du système d’enseignement a été publié en France en 1970 par Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron[14]. Cette œuvre analyse le système scolaire français à la lumière des résultats de nombreuses recherches empiriques, son principal apport étant la démonstration scientifique du comment le fonctionnement et la structure de l’école, par le moyen de mécanismes complexes, reproduisent l’ordre social. Bien que  La Reproduction est une œuvre qui rassemble des analyses antérieures, c’est en cette œuvre que, pour la première fois, cette hypothèse est démontrée, d’où l’impact notable produit par les arguments présentés, représentant un évènement marquant au niveau mondial dans le cadre de la sociologie de l’éducation.

À suivre ces auteurs, l’institution scolaire contribue à reproduire la distribution du capital social et culturel et, avec cela, à le faire aussi quant à la structure de l’espace social[15]. Le fonctionnement du mécanisme de reproduction scolaire, – c’est-à-dire la stratégie par laquelle on maintient les différences de capital social et culturel entre les individus tout en conservant l’ordre social traditionnel -, obéit à une logique propre au sein d’un ensemble d’opérations de sélection de nature et de magnitude diverses. En effet, Bourdieu et Passeron font remarquer que de nombreux dispositifs déployés à l’intérieur des systèmes scolaires renvoient à cette intentionnalité de délimitation des groupes privilégiés dans la mesure où ils protègent les espaces et les relations dont ils bénéficient. De telles stratégies rendent possibles la réunion, apparemment fortuite, des groupes privilégiés en des établissements scolaires déterminés rassemblant des individus les plus homogènes possible. En somme, à l’intérieur du système scolaire, on établirait, de façon certes symbolique, « des frontière sociales »[16] qui deviennent évidentes en une quantité infinie de dispositions ou d’arrangements ségrégateurs. Il n’est pas sans intérêt de remarquer que, depuis la sociologie critique, les auteurs en question développent une des notes d’originalité les plus importantes en contrepoint de l’œuvre de Durkheim. Là où ce dernier fait ressortir la nécessité consistant dans le fait que les individus adhèrent à la discipline de l’école, Bourdieu et Passeron voient en cette adhésion une soumission à la logique de domination. C’est-à-dire que, au moyen d’une acceptation acritique de la discipline scolaire et des valeurs scolaires traditionnelles, les classes populaires sont induites à faire l’expérience de conditions qui finissent par les rendre inhabiles, de nouveau, pour occuper des espaces de pouvoir. En ce sens, l’école moderne ne serait pas capable d’offrir une voie permettant d’échapper aux pressions de classe au moyen de la concession d’une opportunité méritocratique ; au contraire, ce que fait l’institution n’est autre qu’enchaîner de façon irrévocable l’héritage culturel avec l’aptitude scolaire.

a. Observations à la théorie de la reproduction

De récentes recherches internationales et nationales mettent en évidence le fait que le système scolaire en plus de reproduire un ordre socialement établi contribue à rendre plus aigües les différences entre individus et groupes sociaux. Les apports de ces recherches rendent même compte que c’est au sein de l’institution scolaire que se construisent de nouvelles distinctions génératrices d’inégalités. Sans avoir le désir d’adopter un regard pessimiste sur l’école, il est important d’identifier ces nouveaux processus d’exclusion qui transcendent l’explication proposée par Bourdieu et Passeron qui renvoie à la classe sociale. En d’autres termes, il est possible d’identifier de nouvelles inégalités sociales, différentes des « traditionnelles » en ce nouveau scénario scolaire.

C’est alors qu’il est possible de remarquer que La Reproduction laisse aussi de côté d’autres facteurs « externes » à l’école, qui exercent aussi une influence sur la construction des inégalités et des ségrégations. L’un de ces facteurs est celui qui se réfère à l’ethnie, facteur qui se traduit dans la question de savoir comment est accentuée la tendance à la différentiation des populations d’origine immigrante au sein des établissements scolaires. En faisant une considération perspective, il est juste de signaler que malgré le fait qu’en France durant les années 70 il s’est produit une forte immigration pour des raisons économiques en provenance du Maghreb, ce phénomène ne s’est pas encore traduit en un thème politique d’envergure.

Bien sûr, aujourd’hui il apparaît clairement qu’expliquer les inégalités exclusivement à partir des différences de classe sociale signifierait réduire la complexité du phénomène étudié. De celles-ci ainsi que d’autres absences, de nouveaux travaux provenant de la sociologie de l’éducation s’en chargent, et parmi eux ceux développés par Agnès van Zanten.

 3. L’école de la périphérie : nouvel objet d’étude.

Dans L’école de la périphérie. Scolarité et ségrégation en banlieue, – titre de son ouvrage paru en 2001 -, Agnès van Zanten fonde son analyse sur une profonde insatisfaction vis-à-vis des discours dominants sur l’école. Pour elle, ces discours s’appuyaient sur des convictions élaborées a priori qui empêchaient la compréhension de la complexité des transformations en cours, qui présentaient des perspectives focalisées de façon exclusive sur un seul phénomène et qui se limitaient à constater l’érosion du modèle scolaire républicain, sans se rendre compte des particularités de ce qui se passait dans les écoles situées dans les zones périphériques des grandes agglomérations[17]. C’est ainsi que, se référant aux travaux de la sociologie de l’éducation mais aussi issus d’autres domaines liés à cette discipline, van Zanten propose comme objet d’étude proprement dit l’école de la périphérie. Partant alors de la dimension spatiale pour comprendre les processus qui ont lieu dans ces écoles qui sont restées en marge des processus impulsés par le centre et qui accueillent les enfants des familles populaires et immigrantes, l’auteur se propose de recueillir, grâce à un ensemble d’options théoriques et méthodologiques, une réalité qui avait été laissée de côté par les sciences sociales.

L’œuvre signalée s’attache à la synthèse de trois travaux qui, conduits au moyen d’une démarche ethnographique, ont été réalisés par van Zanten en collaboration avec différentes équipes de recherche. En se référant aux dits travaux, l’auteur se propose de démontrer que la concentration de certaines populations en établissements scolaires déterminés répond non seulement à des facteurs externes à l’école mais aussi, et en grande partie, à de multiples actions réalisées par les propres acteurs et par les écoles, au point que cette concentration « produit des effets spécifiques en termes d’inégalités et d’exclusion scolaires et sociales »[18]. Reprenant à son compte la notion de disqualification sociale élaborée par Serge Paugam, elle s’interroge sur les processus qui ont lieu dans la périphérie, tel « le produit des points de vue et des pratiques, externes et internes, stigmatisantes »[19].

L’école de la périphérie effectue une révision des stratégies qui tirent leur origine du quartier, des établissements scolaires et de la classe, assumant ainsi tous les acteurs qui interviennent dans l’espace local pour décrire et expliquer de nouvelles formes de relations de domination, qui se traduisent à leur tour en de nouvelles formes de ségrégation scolaire. À ce sujet, dans la mesure où les efforts pour intégrer la périphérie sont faits depuis le centre, c’est-à-dire depuis les intérêts des groupes de pouvoir, l’auteur s’interroge sur la capacité intégrative du système scolaire et sur les risques d’affaiblissement ou de rupture du lien social à l’intérieur d’une école[20]. Une situation de ce genre répondrait, selon elle, au modèle « centralisé et bureaucratique » [21] mis en œuvre à partir de la IIIe République et qui serait aujourd’hui en pleine crise.

Sur ce point, l’auteur coïncide avec Durkheim quant au rôle joué par l’école dans l’intégration des individus à l’intérieur des sociétés. Cependant, dans l’école de la périphérie, cette intégration aurait des caractéristiques propres. Pour décrire cette situation, van Zanten utilise, comme à titre de prêt, la notion d’ « intégration infériorisante » tirée d’une étude consacrée à une observation de ce phénomène au sein de certains groupes d’immigrants[22]. En amplifiant ce concept, elle l’adopte pour « désigner l’intégration dévalorisante dans le système scolaire et social des adolescents et des jeunes de la périphérie »[23]. Au moyen de cette notion, il est possible de décrire, par exemple, comment les liens d’amitié et les relations entre semblables à l’école de la périphérie peuvent jouer un rôle central dans l’intégration des adolescents, contribuant à cacher d’autres liens que l’école n’est pas capable de générer ou de maintenir. Une telle observation est congruente dans le contexte du travail réalisé, depuis un autre espace, par Serge Paugam[24] qui, au lieu de parler d’un lien social unique distingue un ensemble de liens qui rattachent l’individu à la société.

La notion d’ « intégration infériorisante » peut aussi renvoyer à des processus construits par l’´école en relation á l’évaluation scolaire. En ce sens, des travaux postérieurs à celui de van Zanten ont approfondi l’analyse des sentiments d’humiliation et de discrimination manifestés par les élèves de la périphérie, surtout chez les immigrés, révélant ainsi le caractère injuste et subjectif de l’évaluation scolaire[25]. En somme, l’auteur relève le travail réalisé par d’autres chercheurs pour rendre compte de ces processus d’intégration dévalorisante dans le système scolaire et social des individus de la périphérie, et si ces recherches « soulignent l’existence d’une diversité de trajectoires allant de l’échec massif aux réussites improbables, elles montrent que ce sont les parcours semés d’obstacles qui sont les plus courants »[26].

En conclusion, s’il est vrai que ce même auteur reconnaissait en 2001 qu’il aurait été nécessaire d’effectuer une démonstration rigoureuse à partir de la comparaison avec d’autres types d’établissements pour démontrer l’existence de logiques spécifiques permettant de parler d’une école de la périphérie[27], ce n’est que onze ans plus tard qu’elle-même, dans la postface de la 1ère édition de la collection Quadrige, relève l’existence de multiples recherches qui ont fini par confirmer la thèse de « L’école de la périphérie ». C’est la raison pour laquelle son livre continue de représenter un apport d’importance à la sociologie de l’éducation.

Conclusions

Réviser les apports les plus remarquables effectués à partir de la sociologie de l’éducation par Émile Durkheim et Pierre Bourdieu permet de rendre compte de deux des œuvres les plus proéminentes à niveau mondial de cette discipline, vu qu’elles imprimèrent une définition quant à la façon dont, au cours de nombreuses années, les chercheurs interrogèrent l’école. Les questions centrales de la première, comme analysées plus haut, étaient liées à la capacité de l’école quant à son rôle intégrateur dans la mesure où elle était capable de transmettre les valeurs et les normes de la société aux nouveaux individus. Les interrogations de la seconde renvoyaient aux inégalités que la propre école transmettait aux individus, reproduisant ainsi un ordre social injuste vis-à-vis des classes populaires. Ces deux perspectives ont nourri de nouveaux travaux qui cherchent aujourd’hui à rendre compte de nouveaux processus inégaux d’intégration à l’école, travaux parmi lesquels il est possible de faire une place spéciale à l’œuvre de van Zanten. Chez elle, on se plaît à souligner l’effort pour identifier les logiques locales d’une école marginale, logiques qui tendent à la polarisation scolaire.
Pour terminer, voici quelques-unes des interrogations concernant le contexte scolaire chilien actuel, qui surgissent à la suite de ce parcours à travers les œuvres des auteurs concernés par la présente étude. Reprenant les concepts proposés par Serge Paugam dans son analyse du lien social[28], il est possible de s’interroger sur les points suivants concernant la situation chilienne: quelles sont les nouvelles formes inégales d’intégration sociale à l’école, comment s’expriment-elles et quelles conséquences ont-elles chez les individus ?

S’il est vrai que les individus et les groupes sociaux sont répartis de façon inégale dans le système scolaire chilien, au point d’observer des scolarités différentes suivant les types d’établissements, cette institution continue d’être une source de protection et de reconnaissance pour les nouvelles générations. Dans la mesure où la rupture du lien social à l’école ne peut être compris comme un processus positif de la part des individus, il est important d’identifier les facteurs qui le menacent. Les hauts indices d’inégalité et de ségrégation sociale et scolaire ainsi que les politiques de discrimination positive qui stigmatisent les populations les plus vulnérables représentent, semble-t-il, quelques-uns de ces facteurs.

L’intégration, ainsi en avertit le même Paugam, est de plus en plus inégale au sein des sociétés modernes. Dans un tel scénario, si l’on affaiblit l’un des liens sociaux, les individus peuvent résister à ce processus orienté à en renforcer un autre. Néanmoins, il est d’intérêt que l’école persiste dans sa tâche de renforcement des liens dont elle peut être l’origine en son sein, spécialement le lien de citoyenneté, car, comme le souligne Durkheim, elle continue d’être le principal espace où l’intégration et la cohésion sociales sont possibles. Quant à Paugam, il a raison de penser que le lien social ne signifie pas le terme des inégalités dans la société, mais cela pourrait se produire dans le cas d’un système qui assurerait la protection et la reconnaissance, ainsi que la corrosion de ces inégalités illégitimes. Avant d’apporter une solution à ce problème, il faudrait résoudre, en tant que société, les dilemmes suivants : quelles sont ces inégalités illégitimes qui prennent leur origine à l’école ? et un autre encore plus important, à savoir : en existent-elles de légitimes ?

Bibliographie

Bourdieu P., « El nuevo capital. Introducción a una lectura japonesa de La nobleza de Estado. », Capital cultural, escuela y espacio social, Buenos Aires, Siglo XXI Editores, 2008, p. 95‑108.

Bourdieu P. et J.-C. Passeron, La Reproduction. Éléments pour une théorie du système d’enseignement, Paris, Les éditions de Minuit, 1970.

Durkheim É., L’éducation morale, Paris, Presses Universitaires de France, coll.« Quadrige Grands Textes », 2012.

Durkheim É., Le Suicide, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige Grands Textes », 2007.

Durkheim É., Éducation et sociologie, Paris, Presses Universitaires de France, 1968.

Merle P., L’élève humilié. L’école, un espace de non-droit ?, Paris, PUF, 2005.

Paugam S., Le lien social, Paris, PUF, coll. « Que Sais-Je? », 2008.

Paugam S., « Préface. Durkheim, Sociologue et éducateur », L’éducation morale, 2e éd., Paris, Presses Universitaires de France, 2012. p. 1‑24.

Van Zanten A., L’école de la périphérie. Scolarité et ségrégation en banlieue, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 2012.


[1] van Zanten A., L’école de la périphérie. Scolarité et ségrégation en banlieue, 1re édition Quadrige., Paris, PUF, coll. « Quadrige », 2012.

[2] Durkheim É., Éducation et sociologie, Paris, Presses Universitaires de France, 1968.

[3] Durkheim É., L’éducation morale, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige Grands Textes », 2012.

[4] Ibid., p. 53.

[5] Ibid., p. 46.

[6] Ibid., p. 47.

[7] Ibid., p. 48.

[8] Ibid., p. 58‑59.

[9] Ibid., p. 62.

[10] Ibid., p. 74.

[11] Paugam S., « Préface. Durkheim, Sociologue et éducateur », L’éducation morale, 2e éd., Paris, Presses Universitaires de France, p. 10.

[12] Ibid., p. 11.

[13] Durkheim É., Le Suicide, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige Grands Textes », 2007.

[14] Bourdieu P. et J.-C. Passeron, La Reproduction. Éléments pour une théorie du système d’enseignement, Paris, Les éditions de Minuit, 1970.

[15] Bourdieu P., « El nuevo capital. Introducción a una lectura japonesa de La nobleza de Estado. », Capital cultural, escuela y espacio social, Buenos Aires, Siglo XXI Editores, 2008, p. 95‑108.

[16] Bourdieu P., « El nuevo capital. Introducción a una lectura japonesa de La nobleza de Estado. », Capital cultural, escuela y espacio social, Buenos Aires, Siglo XXI Editores, 2008, p. 97.

[17] Cf. van Zanten A., L’école de la périphérie. Scolarité et ségrégation en banlieue, op. cit., p. 1.

[18] Ibid., p. 8.

[19] Ibid., p. 21.

[20] Ibid., p. 13.

[21] Ibid., p. 14.

[22] Portes A. et M. Zhou, « The New Second Generation: Segmented Assimilation and its Variants », Annals of the American Academy of Political and Social Science, 1993, no 530, p. 74-96., citée par van Zanten A., L’école de la périphérie. Scolarité et ségrégation en banlieue, op. cit., p. 403.

[23] van Zanten A., L’école de la périphérie. Scolarité et ségrégation en banlieue, op. cit., p. 403.

[24] Paugam S., Le lien social, Paris, PUF, coll.« Que Sais-Je? », 2008.

[25] Merle P., L’élève humilié. L’école, un espace de non-droit ?, Paris, PUF, 2005, citée par van Zanten A., L’école de la périphérie. Scolarité et ségrégation en banlieue, op. cit., p. 405.

[26] van Zanten A., L’école de la périphérie. Scolarité et ségrégation en banlieue, op. cit., p. 405‑406.

[27] Ibid., p. 31‑32.

[28] Paugam S., Le lien social, op. cit.

Le mythe de l’engagement citoyen dans les favelas brésiliennes

(Ce texte a fait l’objet d’une communication au 5e colloque science-société sur la participation des citoyens organisé par l’institut du nouveau Monde et le GRIPVECS de l’Université d’Ottawa à Montréal, les 8 et 9 mai 2012.)

Les mouvements sociaux post-dictature du Brésil des années 80 n’ont pas émancipé les favelas autant qu’on le croit. Leur situation d’exclusion favorise en réalité une superposition de rapports de domination entre favelados, leaders communautaires et acteurs extérieurs basés sur des enjeux de pouvoir et de différenciation individuelle. Cette logique de la vie quotidienne en situation d’exclusion, contraint les favelados à l’aliénation et au conformisme et affecte profondément la conscience identitaire. Les exigences éthiques nécessaires à l’émergence d’une conscience citoyenne reposent tant sur les aspects inégalitaires et informels de la société brésilienne que sur la capacité des favelados de prendre conscience de leur besoin de reconnaissance.

La démocratie citoyenne subit dans les pays occidentaux une érosion qui tend à réduire le nombre et la diversité des citoyens impliqués à la définition des valeurs de leur collectivité. Au contraire les jeunes démocraties latino-américaines, surtout le Brésil, sont généralement vues comme des exceptions et il n’est pas rare de trouver dans la littérature des propos valorisant l’intensité de la participation brésilienne[1]. Au caractère trop souvent expérimental et réduit des cas européens[2], on oppose la longévité des pratiques brésiliennes et leur apparente légitimité politique. Les problèmes de l’abstention des classes populaires et la faible participation en général sont de même comparés à la popularité des cas brésiliens et à leur capacité à mobiliser les quartiers les plus défavorisés.

Ce dernier point mérite toutefois d’être observé avec plus d’attention. Dès la fin des années 70, avec la détente du régime militaire, d’importants mouvements sociaux commencent à exiger la sortie du régime dictatorial et davantage de justice sociale, plaçant la citoyenneté au centre d’un nouveau modèle démocratique. C’est ainsi que surgissent, aux côtés d’intellectuels et syndicalistes, ces nouveaux représentants[3] des quartiers périphériques[4]. S’organisant au niveau national et militant pour la reconnaissance des droits à l’occupation du sol, à la citoyenneté, ils ont fortement contribué à mettre en place l’agenda politique participatif du pays[5] à partir des années 90. Sur le plan symbolique, ils ont aussi permis de briser les préjugés des tenants de la marginalité qui soutenaient que les habitants des favelas (les favelados) n’avaient aucune conscience politique[6].

Ce nouveau phénomène social a donné lieu à de nombreux travaux sur la citoyenneté des favelados, leurs capacités revendicatrices, mobilisatrices, leur engagement politique devenant capable de peser au niveau national sur l’élaboration des politiques publiques[7]. Cet engouement à la révélation d’une nouvelle forme de citoyenneté, fait toutefois oublier que ces mouvements sociaux populaires ne sont le fait que d’une proportion infime de favelados, une sorte d’élite politique, et ne traduisent en rien la perspective d’un engagement citoyen généralisé des exclus.

Cette communication se propose de discuter la logique de construction de la conscience citoyenne au sein de la favela, ou plutôt, par la négative, de décrire les mécanismes qui limitent l’émergence de cet engagement. En contrepieds des fréquentes approches macrosociales, le but est ici de réinscrire le phénomène dans le contexte social et politique quotidien de la favela avec une perspective historique. Une sociologie de l’engagement politique en situation d’exclusion, ramenée au cas de la favela, qui s’inscrit dans un projet de recherche plus général évaluant la contribution des processus participatifs à la redémocratisation du Brésil. Il s’agit de comparer des résultats d’enquêtes à deux époques radicalement différentes pour en dégager les évolutions mais aussi les constantes. D’un côté ceux des années 50 à 70[8] (époque pré-mouvements sociaux, contexte autoritaire de forte marginalité sociale), les premiers travaux sociologiques et anthropologiques de terrain réalisés sur l’organisation politique et sociale des favelas de Rio. De l’autre des travaux contemporains, (époque post-mouvements sociaux, post redémocratisation, contexte de participation et de consolidation des droits sociaux) en comparant des publications[9] à une étude de terrain réalisée cette année à Belo Horizonte[10]. Malgré l’indéniable développement qu’ont vécu les favelas ces trente dernières années, certains phénomènes sociaux tendent à perdurer.

1. Les termes de l’exclusion urbaine au Brésil

a. La favela ou l’exclusion brésilienne en pratique

Les termes de l’exclusion entre Europe et Amérique Latine diffèrent fondamentalement. Alors que dans les Etats-Providence européens on l’explique comme la dégradation d’un modèle social protecteur conçu sur des bases universelles, la notion d’exclusion en Amérique-Latine semble au contraire faire partie de l’organisation sociale des Etats depuis toujours. Il s’agit d’une lacune historique inhérente et non d’une perte, dans la mesure où l’universalisation de la citoyenneté entre les individus n’a jamais eu lieu. Au Brésil l’exclusion sociale est vue comme une action de mise à l’écart délibérée, l’expression des contradictions du système capitaliste néolibéral globalisé. Cette vision marxiste de l’exclusion prédomine encore aujourd’hui dans la littérature brésilienne[11].

Les classes dominantes cultivent l’idée d’un secteur public inutile, voire encombrant, convaincues que c’est l’Etat qui doit dépendre d’elles. Une position hégémonique voire totalitaire qui légitime l’exclusion et considère les droits sociaux, droits du travail ou la protection sociale, comme des coûts superflus facteurs de misère et de pauvreté. Dans ce contexte, la politique publique de l’Etat ne peut que se réduire à une politique d’inclusion précaire et marginale, vouée à l’unique organisation du monde social au fonctionnement efficace du capital[12].

Cette exclusion sociale ne se limite donc pas à un blocage des mécanismes de redistribution comme en Europe. Elle va bien au-delà de la privation de biens sociaux car elle atteint la reconnaissance de la citoyenneté. Une citoyenneté brésilienne qui dépourvue d’universalité, s’exprime soit dans l’excès soit dans le déni. D’un côté les citoyens inclus membres d’une overclass dominante ou hypercitoyens, tournés vers leurs préoccupations auto-ségrégatives et de l’autre les non-citoyens exclus, dépourvus de droits, victimes de la spoliation urbaine[13]. Une démocratie imprégnée d’exclusion puisque l’expression autonome des exigences politiques n’est pas égalitaire au Brésil. Ce n’est pas tant la structure légale de l’Etat qui est en cause, mais les conditions de mise en œuvre de ses règles, trop influencées par les rapports de pouvoir[14] et l’informalité des pratiques administratives.

Selon les principes de l’urbanisation capitaliste, chacun cherche à s’attribuer le meilleur espace en fonction de ses capacités compétitives, les marginaux étant ceux qui n’obtiennent que le résidu[15]. L’implantation des services publics de base le prouve. Cette privation de droits citoyens a de multiples effets sociaux liés à l’emploi, le logement, l’éducation, la santé, la mobilité, eux-mêmes à l’origine d’effets plus individuels voire psychologiques sur la participation aux activités collectives, la conscience de sa propre identité, etc.

La société brésilienne s’accepte ainsi pleinement dans cette dualité. Depuis un siècle celle-ci se traduit physiquement et symboliquement par la frontière qui sépare la favela des autres quartiers. On entend par favela un groupement de cabanes ou maisons précaires, densément peuplé, dépourvu d’organisation urbaine et de service public de base et localisé sur des terrains en friche, généralement à risque (bordure de cours d’eau ou sommets de collines)[16]. A Rio de Janeiro[17], la part des favelados est passée de 7% en 1950 à 22,2% en 2010, son taux de croissance ayant toujours été plus ou moins supérieur au double de celui de la population globale de la ville. Globalement les favelas concentrent une population plus jeune, plus noire et légèrement plus masculine. Le niveau de scolarité y est radicalement plus bas que dans n’importe quel autre quartier populaire de la ville. Les différences socio-professionnelles sont également importantes[18].

b. Des années 70 à nos jours : évolutions et constantes structurelles

Si ce référentiel macrosocial de l’exclusion reste paradigmatique et tend même à s’accentuer depuis la montée en puissance du capitalisme de nettes améliorations sont à observer dans les favelas. Dans la continuité des revendications sociales et plus encore avec l’arrivée au pouvoir du parti des travailleurs en 2003[19], le statut informel de la favela a été reconnu et d’importants programmes d’urbanisation et d’interventions sociales spécifiques ont été lancés pour y améliorer les conditions de vies. Parmi eux, le budget participatif (BP), processus municipal encourageant la population à s’organiser pour décider elle-même des actions d’améliorations à financer chaque année. Bien que les actions éligibles soient de relative faible portée, la continuité du processus sur plus d’une décennie produit des effets notoires. A Belo Horizonte aujourd’hui la quasi-totalité des favelas ont l’électricité et l’eau courante, et seuls quelques chemins de terre subsistent encore. Les maisons n’ont pas encore de titre de propriété mais des outils juridiques existent aujourd’hui pour reconnaître le droit à l’habitat. Mis à part l’impôt foncier les favelados payent leurs factures normalement et peuvent avoir accès à un emploi légalisé.

Une intervention massive des pouvoirs publics qui n’aurait pas été si efficace sans l’impressionnante croissance économique que vit le Brésil depuis moins d’une dizaine d’années. Un phénomène très récent qui marque puissamment le contexte de la favela. L’accroissement du pouvoir d’achat réduit les différences économiques et permet de masquer plus facilement les autres. L’accès à l’école s’améliore et rend les frontières plus perméables, la perspective d’un futur encore meilleur où les opportunités se multiplieront semble s’être installée dans la plupart des esprits.

Un phénomène qui tend à réduire les différences entre favela et bairro[20] populaire. Si les inégalités sociales criantes de la société brésilienne restent plus que jamais présentes dans l’application du droit, l’accès aux services publics ou la simple discrimination de l’individu, les problèmes semblent moins se concentrer sur un « objet favela », que sur des facteurs plus transversaux tels que la classe sociale, la couleur de peau, la délinquance qui, même si la favela les cumule, se retrouvent aussi ailleurs.

Ce tableau introductif montre les évolutions notoires qui ont transformé la représentation de la favela. Malgré cela, elle maintient des caractéristiques et une organisation très spécifiques qui ne semblent pas avoir particulièrement évolué depuis une cinquantaine d’années. En reprenant les principaux piliers d’une organisation politique communautaire (représentants, organisation collective et identité citoyenne), les trois chapitres qui suivent s’appliquent à décrire la logique contradictoire qui limite l’émancipation citoyenne.

2. Le leader communautaire : entre mobilisation et statut quo

a. Le profil du leader

L’existence d’une hiérarchie sociale et fonctionnelle au sein des favelas est relatée dès leur apparition. Dans les années 60 et 70 cette division sociale était surtout due à des différences économiques. Le sociologue brésilien Luiz Antonio MACHADO DA SILVA parle ainsi d’une bourgeoise favelada, généralement plus qualifiée et plus aisée qui détenait le pouvoir de la favela par sa capacité à contrôler les ressources collectives. Ayant généralement les moyens de vivre en dehors de la favela, ces quelques individus préféraient y rester et continuer à jouir de ce statut privilégié, au milieu d’une population n’émettant aucune résistance. Plus engagés politiquement et mieux informés, c’étaient également eux qui géraient l’organisation politique de la communauté, prenaient les décisions stratégiques entre pairs et maintenaient leur autorité au travers de relations clientélistes avec les habitants échangeant aide ou faveurs contre appui politique. Une organisation à tendance tyrannique[21] due à l’absence presque totale du contrôle social des habitants.

Le profil du leader communautaire s’est spécifié avec l’apparition des associations communautaires et l’organisation des luttes sociales à la fin de la dictature militaire. Leur rôle s’est constamment étendu des années 50 à la fin des années 90. Ces organisations citoyennes émergent à Rio, d’abord sous forme d’initiatives isolées et visent à représenter les favelados devant les institutions, défendre leurs droits et former à la citoyenneté. A partir des années 60 les grandes villes les promeuvent comme interlocuteurs privilégiés avec les favelas et conditionnent la mise en place de projet de développement urbain et social à l’existence d’une telle structure, dans l’idée de stimuler l’organisation collective et rationaliser les échanges (participation des favelados à l’élaboration des projets mais aussi lutte contre les pratiques clientélistes). Elles deviennent également l’élément mobilisateur de base de l’organisation des mouvements sociaux, faisant le lien entre les articulations municipales puis nationales et la population.

A partir de la fin des années 80, ce sont encore elles qui coordonnent la mise en œuvre du budget participatif dans la plupart des villes. Le leader, souvent président de l’association ou membre actif, en plus de mobiliser, devient stratège dans le choix des opérations à solliciter et représentant de la communauté dans les débats précédant le vote populaire[22]. Les programmes sociaux allant se spécifiant, les leaders acquièrent progressivement la connaissance des mécanismes administratifs de financement, du pilotage de projet, de négociation. Ils sont aujourd’hui les intermédiaires entre favelados et institutions publiques à la fois porteurs d’informations descendantes et de requêtes ascendantes, impliqués dans le développement de la communauté. Une représentation qui tend vers l’informel où l’efficacité de l’implication pèse souvent davantage que le statut formel.

b. Le rapport leader / habitant : unité de mobilisation et de dépendance

Aujourd’hui la relation leader/habitant est l’unité de développement de base de la favela. Le rôle du leader est de recueillir les doléances, les besoins rencontrés par les habitants et de les faire remonter pour tenter de les résoudre. Un bon leader se distingue donc non seulement par sa capacité à apporter des solutions, mais aussi à être là, disponible, à l’écoute. Cette relation réside avant tout sur un rapport de confiance avec l’habitant. Celui-ci s’adressera à lui, le reconnaîtra comme leader, parce qu’il sait que ce dernier est en mesure de l’aider. La crédibilité mobilisatrice des leaders dépend ainsi de leur potentiel de légitimation auprès de la population mais se construit de manière individuelle. C’est parce que le leader développe ces rapports de confiance et d’assistance avec une multitude d’habitants concernés par les mêmes problèmes que la mobilisation s’installe. La stratégie du leader en vue du BP revient à savoir identifier les opérations pertinentes à réaliser, par leur nécessité mais aussi par la quantité de personnes potentiellement mobilisables pour l’obtenir.

La participation des habitants est mue quant à elle par différents facteurs : le besoin de s’unir, de faire du nombre pour peser dans le vote final mais aussi la certitude que le leader qui les représente sera capable de les défendre et de plaider leur cause. Car s’ils manquent de connaissance sur les règles et modalités du processus, ils savent par contre pertinemment que leur leader est là pour correr atras des opérations, trazer bénéficio et satisfazer a comunidade[23]. C’est en réalité une participation relativement passive qui se dessine. L’habitant émet une doléance, se mobilise lorsqu’il faut participer mais reste totalement dépendant des directives du leader. Ce même leader qui est partout, bien au-delà du dispositif participatif, s’occupe de tout type de problème quelle que soit la thématique (de l’assistance médicale au problème de facture), même les plus intimes (la dimension spirituelle est accentuée par le fait que nombre de leaders sont aussi pasteurs, surtout évangéliques).

Il est impressionnant d’entendre les habitants le décrire. Une figure bienfaisante et protectrice, fidèle et dévouée. Certains le comparent à un père, un pasteur, un médecin. Il est pour d’autres le « président de la favela », admiré pour son pouvoir d’influence qui pour eux irait jusqu’à Brasilia. En somme une figure paternaliste aux capacités clairement supérieures. S’ils n’hésitent pas à lui rappeler ses engagements en cas de manquement, la dépendance, presque affective, est bien là.

c. Les paradoxes de la participation : charisme, paternalisme et statut quo

Cette légitimité ne s’acquiert pas par l’accession à un poste officiel tel que président d’association. Il est frappant de constater à quel point les termes de cette prise de pouvoir sont obscurs pour les habitants et somme toute secondaires. L’éventualité d’une élection n’est mentionnée que de rares fois, lorsqu’il n’apparaît pas comme nommé par le Maire ou la Chambre des députés[24], voire auto-promus. C’est en réalité sa capacité démonstrative qui compte aux yeux des habitants, sa capacité à conquérir, captiver. L’efficacité de son aide est bien sûr importante, mais la dimension charismatique, l’attention devant les problèmes à prendre en charge, semblent compter davantage.

Un statut qui pour les leaders eux-mêmes est lié à la personnalité, au parcours méritant. Pour beaucoup, on naît leader, mais on ne le reste pas pour autant. La continuité de l’engagement, le prestige accumulé par les victoires passées sont essentiels pour rester cette personne de référence. Puisque l’élection compte si peu, sa légitimité repose sur le sentiment de reconnaissance qu’ont les habitants à son égard lorsqu’il améliore leurs conditions de vie. Il lui faut donc à la fois obtenir un résultat positif, mais aussi être identifié par l’habitant comme la personne qui en est à l’origine.

Il se produit ainsi une dissociation de la lutte pour le développement de la favela. Dans cette configuration, la personne qui subit la difficulté n’est pas celle qui va lutter pour son amélioration. Le leader existe parce que l’habitant ne peut résoudre son problème seul, soit parce qu’il n’en a pas les moyens, soit parce que lui-même ne s’en sent pas capable. Le statut du leader repose ainsi sur la dépendance de l’habitant. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, pour préserver son prestige, le leader, pourtant impliqué dans le développement de la favela, est inévitablement enclin à la préservation du statut quo, un impensé jamais avoué que nous tirons de l’analyse des entretiens.

Un phénomène que MACHADO DA SILVA avait déjà mis en évidence il y a plus de quarante ans. Les enjeux ont toutefois changé. Le prestige du leader ne repose plus sur des ressources économiques mais sur des compétences plus individuelles de mobilisation et de médiation. L’enjeu du statut quo quant à lui est passé d’un manque d’infrastructures urbaines et de services à celui d’information et de contact (certains habitants dénoncent des cas de rétention d’information).

3. L’organisation politique interne et le rôle des acteurs extérieurs

a. L’identification aux acteurs extérieurs comme principe de différenciation

Comme nous l’avons vu, une des caractéristiques les plus prégnantes de la société brésilienne est l’inégalité de la mise en œuvre de l’action publique et de l’accès aux services ainsi que l’informalité des procédures pour y parvenir. Si l’intervention des pouvoirs publics dans les favelas s’est considérablement accrue et améliorée il n’en demeure pas moins de grosses inégalités dans sa qualité et sa réactivité. La complexité du contexte urbain dans les favelas rend aussi plus difficile la mise en œuvre d’actions publiques appropriées, du diagnostic jusqu’à l’évaluation. La plupart du temps, les solutions restent à trouver au cas par cas et de façon assez arbitraire. D’où l’importance d’un bon réseau de contacts extérieurs.

Le leader ne peut généralement résoudre seul les problèmes de la communauté. Sa capacité à le faire dépend des appuis sur lesquels il peut compter dans des sphères hiérarchiquement plus élevées du pouvoir. Là où les portes se ferment pour un favelado, elles s’ouvriront pour un directeur de service, un député municipal ou provincial. L’objectif du leader est donc de se rapprocher de l’acteur le plus approprié pour, soit mobiliser lui-même l’enveloppe nécessaire pour réaliser l’opération, soit intercéder la requête lui donnant ainsi plus d’importance auprès de l’exécutif. Ces contacts sont importants et valorisés par les habitants. Ils iront plus facilement vers un leader soutenu par un député, ou travaillant à la mairie, espérant ainsi accroître leurs chances de réussir.

Ce phénomène de différenciation par l’identification à un acteur hiérarchiquement mieux placé ou doté de plus de pouvoir a été identifié dès 1969 par le philosophe brésilien Carlos Alberto DE MEDINA. A l’époque toutefois, les leaders semblaient être davantage soumis à la domination de ces acteurs extérieurs qu’aujourd’hui mais les enjeux restent les mêmes. Les acteurs extérieurs s’intéressent surtout à la favela pour deux raisons : la mise en œuvre d’un projet de développement (cas d’institutions religieuses ou ONG) ou la promotion de leur campagne électorale (avant tout les députés). La seconde étant porteuse de beaucoup plus d’enjeux politiques que la première.

En période électorale, les favelas, par leur densité de votants, deviennent des enjeux incontournables. Deux particularités du fonctionnement des élections au Brésil, accentuent le phénomène : l’existence d’un vote obligatoire qui fait des votants sans opinion ni instruction un fort enjeu électoral et l’absence de circonscription électorale qui permet aux députés de choisir stratégiquement leurs bases de campagne en fonction de leurs attaches et intérêts. L’activité d’un candidat en campagne consiste alors essentiellement à passer des accords avec les leaders communautaires pour obtenir des voix. Une opportunité alléchante pour les leaders qui troquaient leur pouvoir d’influence sur les favelados par des faveurs personnelles ou le financement d’interventions dans la communauté. Bien que le rapport ne soit pas équilibré car rien à l’époque, ne semblait leur permettre de maîtriser l’aléa des promesses de campagne.

Aujourd’hui, d’après les leaders, cette relation semble être plus partenariale. La démocratisation du pays et la multiplication des partis soumettent les candidats à un contrôle public qui les contraint à être plus persuasifs dans leurs campagnes. Si l’artillerie de séduction (méga-concerts, distribution de cadeaux, d’argent, de nourriture) n’a guère disparu, la relation avec les leaders s’est complexifiée.  Elle s’est orientée vers un échange « gagnant-gagnant » de voix contre opérations d’aménagement. Pour obtenir l’accès à la favela et y faire campagne, le candidat a besoin de la complicité du leader. Pour satisfaire les doléances des favelados, le leader a besoin de l’appui du député. En recueillant et appuyant les doléances des favelados pour les résoudre, le député prépare sa réélection[25] et entretient parallèlement le statut du leader qui sera plus enclin à l’appuyer devant les habitants.

Il n’en demeure pas moins quelques préjudices pour la favela. L’enjeu central de ces arrangements étant l’accroissement du pouvoir individuel par le biais du développement de la favela, ces actions restent arbitraires. Le député ne répondra pas à n’importe quel leader et n’appuiera pas non plus n’importe quel type de doléance. Cet accord privilégie d’autre part les actions de court terme à effet immédiat ce qui crée à la longue des lacunes de planification. Néanmoins la densification des politiques publiques en faveur des favelas et l’instauration du BP, ont réduit la portée de ces arrangements. Selon un leader, avouant sereinement y prendre part, les députés n’interviendraient aujourd’hui qu’en marge du BP, pour des petites actions palliatives.

L’on peut toutefois s’en interroger. Aujourd’hui les rapports avec les services techniques municipaux ne sont pas toujours simples et avec le retard accumulé de nombreuses opérations déjà votées, ces « coups de pouce » restent déterminants. Cela se vérifie dans les propos des habitants pour qui ces pratiques soit-disant révolues restent bel et bien présentes, tant dans la nomination des leaders, que pour la résolution des problèmes et jusque dans la description du processus participatif en lui-même.

b. Atomisation de l’organisation politique

Même si le rôle des députés dans le développement de la favela a diminué, de simples interventions pour des problèmes quotidiens suffisent à préserver le prestige local du leader. Ce phénomène de différenciation par l’identification en entraîne ainsi un autre : celui de l’atomisation de l’organisation collective. Egalement identifié par MEDINA, il s’agit du phénomène qui aujourd’hui ressort le plus clairement dans les entretiens. La favela était décrite à l’époque comme une pluralité « d’appendices de forces externes aux canaux de communication propres et moyens de contrôle spécifiques ». Ce que l’on retrouve ici avec le leader et son appui extérieur, qui rassemble autour de lui un certain nombre de favelados dépendants de ses services (figure 1).

Figure 1 : Représentation schématique du processus de différenciation par identification à un acteur extérieur menant à l'atomisation de la favela (univers F : favela, h : habitant, L : leader, Ex : acteur extérieur).
Figure 1 : Représentation schématique du processus de différenciation par identification à un acteur extérieur menant à l’atomisation de la favela (univers F : favela, h : habitant, L : leader, Ex : acteur extérieur).

L’image d’une organisation communautaire centrée autour de l’association tel un « gouvernement » est bien loin de la réalité. Avec le perfectionnement des politiques sociales, l’exécutif a cessé d’intervenir par l’intermédiaire des associations et développe ses projets directement. Les associations qui naguère géraient des fonds publics importants ont progressivement perdu leur autonomie financière. Elles ne se contentent aujourd’hui que de leur légitimité juridique. 85% d’entre-elles seraient même en dormance[26] c’est à dire sans élections régulières du président.

Hors des politiques publiques en place, l’organisation revendicatrice de la favela repose sur l’initiative individuelle des leaders. Certains affirment coopérer entre eux pour certains projets, mais de nombreux habitants dénoncent les conflits et la compétition régnante. La plupart des réunions collectives organisées dans les favelas sont organisées par la Mairie dans le cadre de la mise en œuvre des actions du BP. Hors de ces réunions il est rare que les habitants évoquent des initiatives collectives purement internes. La simple exigence d’un débat préalable à une décision revient très peu dans les entretiens. Il est ainsi amusant d’apprendre qu’un leader ne s’entendant pas avec le bureau de l’association a toute la liberté de la quitter et d’en fonder une autre à l’identique, entrainant avec lui « ses » habitants.

Chaque leader agit généralement dans une zone spécifique de la favela, mais selon son influence et son pouvoir cette zone peut être plus ou moins étendue (figure 1). Une hiérarchie de leaders semble toutefois se dessiner dans une grosse favela du centre de Belo Horizonte. Avec l’émergence des jeunes leaders favorisée par le budget participatif, les anciens et plus puissants deviennent des « leaders de leaders », n’intervenant qu’en deuxième instance, si le « leader de proximité » ne s’en sort pas. Mais les premiers n’en perdent pas pour autant leurs propres rapports privilégiés avec les habitants et veillent à ce que toute intervention continue d’être faite en leur nom.

c.       Le leader à la croisée de deux mondes : perspectives de carrière et autres enjeux

Depuis la fin des années 90 et l’apaisement des mouvements sociaux, le rôle du leader semble prendre une autre tournure. Naguère militants acharnés de la cause favelada, la plupart a aujourd’hui été recrutée par la Mairie, les services provinciaux, ou travaille comme conseiller politique pour un député provincial ou fédéral[27]. Ce type de poste appelé « poste de confiance » permet d’introduire la cause populaire dans les institutions représentatives mais accroit aussi le caractère arbitraire des pratiques administratives dans les favelas. Les leaders, bien qu’ils aient toujours été des intermédiaires, sont aujourd’hui plus que jamais partagés entre deux mondes : les problèmes sociaux et urbains des favelas qui se sont atténués et leur carrière politico-administrative que leur contacts leur ont permis de développer.

Même s’ils continuent de souligner leur attachement à la favela (alors que tous les favelados souhaitent la quitter) et qu’ils cherchent à réduire leur situation sociale affirmant même qu’ils ne gagnent pas autant que tous les favelados l’imaginent et bien moins que la plupart d’entre eux[28], la favela n’est plus leur unique intérêt. Alors que dans les entretiens ils affirment que malgré leurs obligations professionnelles et politiques dans d’autres favelas, leur engagement pour leur favela d’origine n’a pas changé, les habitants de ces mêmes favelas se plaignent de leur manque de disponibilité, voire de leur intérêt sélectif à se saisir des problèmes. Et s’ils commentent qu’il est temps que les habitants se responsabilisent, certains leaders reconnaissent eux-mêmes ne pas avoir le temps ni les moyens de mettre en place des actions de conscientisation. Leur vision même des problèmes de la favela semble avoir perdu en revendication et il n’est pas rare d’écouter un discours conformiste sur l’amélioration des conditions de vie et la disparition des préjugés lorsqu’on les interroge sur les problèmes discriminatoires d’exclusion.

Que va donc devenir le leader communautaire ? Ce rôle d’intermédiaire entre population et institutions repose essentiellement sur un problème historique de compatibilité entre d’un côté des politiques publiques qui restent trop incomplètes et méconnaissent encore certains besoins et de l’autre une population mal informée, démunie et souvent incapable d’assimiler les pratiques administratives de droit commun. Mais avec les améliorations considérables des politiques publiques ces dernières décennies, il est possible d’imaginer la disparition progressive de ces divergences. L’on constate en effet que dans certaines favelas consolidées les leaders et les doléances des habitants se font plus rares ou se concentrent sur des thématiques « moins vitales » comme la culture ou le recyclage, par exemple.

Mais on se rappelle à quel point son statut de référence compte pour le leader non seulement au sein de la favela mais aussi pour être reconnu au dehors. Les habitants eux-mêmes continuent de le considérer comme une figure indispensable, même dans le futur où la favela ressemblera à un quartier normal. Permanence du statut quo ou utilité réelle, la question reste ouverte. Si malgré les paradoxes du secteur public brésilien l’on peut tout de même envisager une évolution de l’action publique vers plus d’efficacité dans les favelas, l’acquisition d’une conscience citoyenne autonome chez les favelados semble être une perspective plus incertaine.

4. En quête de citoyenneté : les paradoxes de la participation

a. Pourquoi les favelados participent-ils ?

La caractéristique la plus frappante de la participation brésilienne, tant admirée au Nord, est sa capacité à mobiliser les masses populaires. Mais de là à en déduire l’expression d’une citoyenneté active il y a un pas que les favelas semblent avoir du mal à franchir. Les leaders sont les premiers à fustiger le manque d’engagement des habitants. En dénonçant leur « comodisme » ils justifient bien-sûr leur indispensable statut, mais traduisent aussi la notion de participation des habitants. Pour eux, la chose est claire : pour obtenir des améliorations dans la favela il faut se mobiliser, faire du nombre. La participation est donc mue par une contrainte de nécessité. Dans la mesure où l’urbanisation entière de la favela est découpée en une multitude d’actions approuvées au fil des ans dans les assemblées du BP, ils sont nombreux à cesser de participer une fois leur rue urbanisée ou leur unité de santé construite. Certains continuent de participer en solidarité avec ceux qui n’ont pas encore obtenu les opérations revendiquées, mais ces derniers déplorent tout de même l’essoufflement de l’élan participatif avec l’amélioration des conditions de vie.

La participation qui se dessine alors, est avant tout numéraire et utilitaire, centrée sur des intérêts micro-locaux voire purement individuels. Une participation qui s’exprime chez les habitants par la réclamation, la plainte insistante de l’absence de prise en charge, plutôt que par la délibération en vue d’un intérêt général. Celle-ci étant réservée aux délégués[29], à qui il revient dans un second temps d’orchestrer les alliances entre favelas et les votes finaux. Les habitants eux ne participent généralement que lorsque, une fois proposées, les opérations en jeu les concernent directement.

Dans la vision des habitants, cette participation semble moins liée à des enjeux démocratiques que pratiques. La principale conquête est celle de voir se multiplier les opérations d’aménagement dont ils ont besoin pour vivre décemment, mais le résultat compte bien plus que la façon d’y arriver. La participation devient un moyen comme un autre, pas nécessairement meilleur que le passage par un député auquel ils n’hésitent pas à recourir lorsque cela est possible.

N’en déduisons pas pour autant l’échec de la participation citoyenne, car sans aucun doute cette mobilisation qui dure à Belo Horizonte depuis près de vingt ans a réussi à raffermir la détermination au changement. Mais elle ne correspond pas à l’idéal des chaires académiques. Même s’ils participent, les habitants affichent en masse leur désintérêt pour les questions politiques, même pour le vote. Certains se maintiennent informés à travers la radio ou la télévision, mais ils sont rares à se saisir de controverses politiques et en débattre. La notion de démocratie est généralement obscure[30] tout comme la référence à la dictature militaire qui a pourtant tenu le pays pendant plus de 20 ans. L’idée que la participation puisse accroître le contrôle social et lutter contre la corruption semble difficilement concevable. La citoyenneté apparaît rarement liée à des droits et des devoirs. Elle renvoie le plus souvent à l’entraide, le respect des autres, l’urbanité[31].

b. La citoyenneté des exclus : limitée ou en devenir ?

Il serait facile de conclure sur le désintérêt et l’ignorance des classes populaires à la chose publique, mais ce serait donner la part belle aux théories de la marginalité et ne pas prendre en compte les inégalités dont les favelas restent l’objet. En 1977, l’anthropologue américaine Janice PERLMAN dénonçait justement cette idéologie en affirmant au contraire que la plupart des maux urbains dont les favelas sont accusées résultent plutôt d’une exclusion de l’extérieur qui non seulement maintient vives les frontières, mais tend aussi à affecter la propre conscience identitaire des favelados. « Puisqu’on ne paye pas, quels droits avons-nous ?[32] ». La conscience de ne pas pouvoir exiger légitimement le respect de ses droits, un traitement égal à celui d’un habitant de bairro. En 1970 le sociologue portugais Boaventura SOUSA SANTOS relevait des propos similaires[33]. Une citoyenneté en demi-teinte que les politiques d’urbanisation n’ont compensée qu’en partie.

Les facteurs en cause sont de différente nature. D’abord historiques et structurels, le souvenir des taudis mal éclairé et insalubres continue d’entretenir les légendes urbaines. Et couplé à l’illégalité foncière même atténuée par les avancées juridiques, il continue à susciter le traitement différencié, la discrimination dans les services publics, dans les magasins, dans la rue. Une différenciation mue également de l’intérieur de la favela, car avec son informalité et ses règles spécifiques entretenues par les réseaux de trafiquants, la favela se représente elle-même comme un univers différent où seuls les favelados savent vivre en bonne entente.

Mais à la différence de l’apathie, de la soumission et de l’obéissance aveugle que décrivait PERLMAN il y a plus de trente ans, les favelados sont aujourd’hui pour la plupart conscients qu’ils subissent une injustice, sans pour autant avoir les moyens de la dépasser. Le passé des luttes, l’urbanisation, mais surtout l’accroissement du pouvoir d’achat rendent de plus en plus fréquentes des allusions à l’estime de soi, aux opportunités, à la force de se battre pour s’en sortir. Néanmoins la « quête », la « lutte » restent les mots les plus fréquents pour définir le sentiment de citoyenneté.

c. Les contradictions de l’identité citoyenne

Ni aliénés, ni « vraiment citoyens »[34], ni exclus, ni égaux aux autres habitants, les propos des favelados sur leur propre citoyenneté sont hétérogènes mais aussi contradictoires. Tout en invoquant l’estime de soi, la force de se battre, la plupart évoquent toujours « les grands », c’est à dire pour eux les riches et les puissants. Même s’ils affirment tous que les favelados ne sont plus pauvres, car ils ont un toit, de quoi se nourrir, un travail pour ne manquer de rien, que les pauvres sont les clochards et que certains se considèrent même de classe moyenne, l’idée d’une classe dominante inaccessible reste ancrée. Certains estiment même que l’écart existera toujours.

Pourtant l’espoir d’une heure où la favela vaincra de ses préjugés est assez présent, bien que peu d’explications soient données sur les termes de cet avènement. Mais là encore, la vision de la domination refait surface. L’idée d’égalité entre les classes est totalement absente et cette victoire sociale se présente davantage comme une inversion de la domination. Les facteurs de valorisation invoqués pour justifier cette inversion, sont en réalité les mêmes qui fondent le préjugé. L’un s’enorgueillit de venir de la favela car il n’a pas peur du crime alors que les riches doivent se protéger dans leurs immeubles et voitures blindées. L’autre valorise la beauté de leurs petites masures au confort simple, condamne le luxe et affirme trouver du charme à ces façades de briques mal finies.

Selon les dires des habitants en entretien, le récent développement des favelas aurait effacé derrière lui les problèmes d’exclusion. Certains refusent même de prononcer le mot « favela », allant jusqu’à affirmer que les préjugés ont disparu. Mais ces propos conformistes sont affirmés non sans hésitation. Il n’est pas rare de voir s’y glisser un « il faut bien y croire, on a pas le choix ». La résignation devant la difficulté qui persiste est souvent évoquée et prend parfois des allures fatalistes lorsque par manque d’information, un refus ou un retard est vu comme un complot, preuve de la méfiance générale face aux représentants (« de toute façon ils se moquent de nous, ne tiennent jamais leurs promesses »).

Comparée à la relative soumission politique présentée par tous les participants et habitants, il semble enfin que les références constantes à la lutte, à la détermination à toujours se battre, soient devenues une sorte de jargon, une façon de parler liée au contexte global de lutte des favelas. « Je suis favelado, je suis dans la lutte » entend-on souvent dire, ce qui tend à banaliser la revendication. Ainsi contrairement à ce qu’affirment les habitants, la plupart des leaders ne se sont jamais sentis remis en question, et certains habitants dénoncent eux-mêmes l’inertie généralisée : on peut reprocher milles choses au leader mais son autorité est rarement contestée. Certains reconnaissent eux-mêmes qu’ils seraient incapables de devenir leader à leur place.

Conclusion

Le contexte actuel se distingue clairement d’une aliénation ou d’une soumission totale à l’autorité, tel que le décrivait PERLMAN. Pourtant certains paradoxes empêchent d’abandonner cette vision. Contrairement aux autres thèmes, celui de la citoyenneté est sans aucun doute celui qui a suscité les réponses les plus diverses. Si les différences de point de vue entre les interviewés révèlent une évidente évolution en marche, les nombreuses contradictions recensées dans un même entretien prouvent aussi que les favelados n’ont encore qu’une vision partielle de leur réel potentiel citoyen. La situation semble à première vue transitoire, mais les phénomènes décrits ici interrogent l’idée d’une évolution continue avec une citoyenneté pleine en perspective.

Ce travail nous permet de comprendre à quel point la favela interagit de manière complexe avec sa société. Si certains facteurs structurels qui la distinguent des bairros (nature du tissu urbain, indicateurs statistiques…) et la discrimination extérieure existent bel et bien, nos résultats montrent que ce sont aussi des mécanismes pervers proprement internes qui alimentent cette exclusion et qui rendent si fragile l’expression d’une réelle participation citoyenne autour du budget participatif. S’ils traduisent certainement une réaction au rejet extérieur hérité du passé, ils semblent aujourd’hui se consolider comme une spécificité favelada.

Il semble que dans le futur, ce ne seront pas tant les différences structurelles qui distingueront la favela des autres quartiers, mais son organisation spécifique qui découle tant de l’héritage d’un siècle de discriminations qui sont encore loin d’avoir disparu, que de l’auto-stigmatisation que vivent les favelados eux-mêmes. Tant que perdurera une différence d’organisation entre la favela et le bairro, une identification citoyenne différente existera aussi. Les facteurs externes liés au caractère excluant de la société brésilienne entretiennent cette différence. Certaines réactions à l’exclusion tendent à leur tour à être excluantes : le triangle de dépendance entre leader, habitant et acteur extérieur, mais aussi l’auto-ségrégation autour de règles d’entente propres à la communauté. Un fonctionnement social organique[35] plus que rationnel qui se préoccupe des problèmes internes sans chercher à s’ajuster aux exigences démocratiques de la société dans son ensemble.

De telles formes de démission politique existent aussi ailleurs. Mais il nous semble que ce soit l’enclave qui accentue ici le phénomène, l’idée d’un monde à part qui affranchi l’individu de ses droits et devoirs de citoyen. Des travaux de psychologie sociale ont mis l’accent sur le ressenti d’une souffrance éthico-politique comme facteur de déclanchement du besoin de citoyenneté. De même le philosophe allemand Axel HONNETH[36] relevait l’expérience du mépris comme activateur de la lutte pour la reconnaissance. L’humiliation que certains ont déjà vécu ou la profonde injustice que d’autres soulignent au regard du traitement différencié subit, montrent que la plupart des favelados ont conscience du rejet social sans pour autant se mettre à exiger une citoyenneté pleine. Car l’univers où vit le favelado et l’univers qui l’agresse sont distincts et interagissent peu. Malgré une nécessaire soumission aux autorités en place (leaders et trafiquants), le favelado est reconnu, protégé, assisté dans sa favela ce qui dans un sens réduit son besoin de reconnaissance à l’extérieur.

Plus que de la reconnaissance, c’est la quête de l’autonomie qui manque aujourd’hui au favelado. Pouvoir affronter la société globale sans être pour cela dépendant du leader. Faut-il pour autant supprimer le leader communautaire ? Difficile de trancher vue la complexité du rôle. Le psychologue américain George Herbert MEAD37 souligne toutefois le rôle de l’intersubjectivité entre l’individu et la société dans laquelle il vit. L’importance du contact direct pour mesurer l’impact que son propre comportement provoque sur autrui.

 

Bibliographie

ABERS R. N., décembre 1998, « From Clientelism to Cooperation: Participatory Policy and Civic Organizing in Porto Alegre, Brazil. » Politics and Society, V. 26 (4), p.511-537.

ALLEGRETTI G., 2003, L’insegnamento di Porto Alegre, autoprogettualità come paradigma urbano, Edition Alinea, Florence.

BOSCHI R. R. (dir), 1983, Movimentos coletivos no Brasil urbano, Rio de Janeiro, Zahar.

BUARQUE DE HOLANDA S. 1995, Raizes do Brasil, São Paulo, 224 p.

CABANNES Y., juin 2001, « De la déclinaison comme art municipal », Villes en développement, N°52.

DAGNINO E., 2007, « Participation, citizenship and democracy. Perverse confluence and displacement of meanings », in C. NEVEU (dir), Cultures et pratiques participatives. Perspectives comparatives, Paris.

DE GRAZIA G., TORRES RIBEIRO AC. (dir), 2003, Experiências de Orçamento Participativo no Brasil, Periodo de 1997 a 2000, Editora Vozes, Petropolis (RJ), 118 p.

FELTRAN G. S., 2007, “Vinte anos depois : a construção democrática brasileira vista da periferia de São Paulo”, Lua Nova, N°72, p. 83-114.

GRET M., SINTOMER Y., 2002, Porto Alegre, l’espoir d’une autre démocratie, La Découverte, Paris.

HONNETH A., 2010, La lutte pour la reconnaissance, Editions du cerf, Paris.

KOWARICK L., 1980, Espoliação urbana, Paz e Terra, Rio de Janeiro.

KUNRATH SILVA M., 2002, Cidadania e exclusão: os movimentos sociais urbanos e a experiência de participação na gestão municipal em Porto Alegre, Editora da UFRGS, Porto Alegre.

LEEDS A., “The concept of the “culture of poverty” : conceptual, logical, and empirical problems, with perspectives from Brazil and Peru”, in BURKE LEACOCK E., 1971, (dir), The culture of poverty, a critique, Simon and Schuster, New York, p. 226-284.

MACHADO SILVA L. A., mai-juin 1967, “A política na favela”, Cadernos Brasileiros, N°41/3, année IX, p. 35-47.

MARTINS J. S., 1997, Exclusão social e a nova desigualdade, Editora Paulus, São Paulo.

MEDINA C. A., juillet-septembre 1969, “A favela como uma estrutura atomística : elementos descritivos e constitutivos”, America Latina, vol 12, N°3, p. 112-136.

OLIVEN R. G., 1985, A antropologia de grupos urbanos, éditions Vozes, Petrópolis.

OLIVEIRA F., septembre 1997, Vanguarda do atraso e atraso da vanguarda : globalização e neoliberalismo na America Latina, actes de la conférence magistrale au XXIe congrès de l’association latino-américaine de sociologie (ALAS), São Paulo.

PERLMAN J. E., 1981, O mito da marginalidade, Paz e terra, Rio de janeiro, 2e édition.

PERLMAN J. E., 2005, “The myth of marginality revisited : the case of favelas in Rio de Janeiro, 1969-2003”, in HANLEY M. L., RUBLE B. A., TULCHIN J. S., (dir), Becoming global and the new poverty of cities, Comparative urban studies project, Woodrow Wilson International center for scholars, p. 9-53.

QUEIROZ RIBEIRO L. C., CORREA DO LAGO L., 2001, “A oposição favela-bairro no espaço social do Rio de Janeiro”, São Paulo em perspectiva, N°15/1, p. 144-154.

QUEIROZ RIBEIRO L. C., SANTOS JUNIOR O. A., décembre 2003, “Democracia e segregação urbana : reflexões sobre a relação entre cidade e cidadania na sociedade brasileira”, Revista Eure, vol XXIX, N°88, Santiago de Chile, p. 79-95.

RAMOS C., COIN DE CARVALHO J. E., 2008, “Espaço e subjetividade : formação e intervenção em psicologia comunitária”, Psicologia e sociedade, N°20/2, p. 174-180.

SAGMACS (sociedade de análises gráficas e mecanográficas aplicadas aos complexos sociais), 1960, Aspectos humanos da favela carioca, 2 números spéciaux du journal O Estado de São Paulo.

SAWAIA B. (dir), 2001, As Artimanhas da exclusão. Análise psicossocial e ética da desigualdade social, Vozes, Petrópolis, 3e édition.

SILBERSTEIN P., juillet-septembre 1969, “Favela Living : personal solution to larger problems”, America Latina, vol 12, N°3, p. 183-200.

SINTOMER Y., GRET M., 2002, Porto Alegre, l’espoir d’une autre démocratie, La Découverte, 142p.

SMALL M. L., HARDING D. J., LAMONT M., mai 2010, “Reconsidering culture and poverty”, Annals of the American academy of political and social science, Vol 629, p. 6-27.

SOUSA SANTOS B., 1999, “Notas sobre a historia jurídico-social de Pasárgada”, in Sociologia e direito : textos básicos para a disciplina de sociologia jurídica, SOUTO C. et FALCAO J. d. A., p. 107-117.

VALLADARES, L. do P., 2005, A invenção da favela : do mito de origem à favela.com, Editions FGV, Rio de Janeirio.

ZALUAR A., ALVES RIBEIRO A. P., juillet 2009, “Teoria da eficácia coletiva e violência”, Novos estudos, N°84, p. 175-196.


[1] Vaste bibliographie dont Allegretti, 2003 ; Cabannes, 2001 ; Dagnino, 2007 ; Gret et Sintomer, 2002.

[2] On s’axe ici sur la comparaison Europe/Brésil par manque d’information sur les cas nord-américains.

[3] Feltran, 2007.

[4] Fortement incités et appuyés par les unités communautaires de l’église catholique de gauche, inspirées par la théologie de la libération.

[5] Entre autres : lancement des budgets participatifs municipaux, constitutionnalisation des conseils délibératifs sur les politiques sociales à tous les niveaux administratifs, création du ministère de la ville.

[6] Perlman, 1981.

[7] Abers, 1998 ; Kunrath, 2002.

[8] Machado Silva, 1967 ; Medina 1969 ; Perlman, 1981 ; SAGMACS, 1960 ; Sousa Santos, 1999.

[9] Boschi, 1983 ; Feltran, 2007 ; Perlman, 2005 ; Queiroz Ribeiro et Santos Junior, 2003 ; Queiroz Ribeiro et Correa Do Lago, 2001 ; Zaluar et Alves Ribeiro, 2009.

[10] Capitale de l’Etat du Minas Gerais, 3e ville la plus importante du pays. Entretiens réalisés dans 3 favelas différentes avec 3 leaders communautaires, 5 favelados (dont une famille) ayant participé à un processus participatif (budget participatif) et 2 favelados n’ayant jamais participé.

[11] Véras, 2004, p. 47.

[12] Martins, 1997, p. 20 ; cit. Sawaia, 2001, p. 39 et 44.

[13] Kowarick, 1980.

[14] Queiroz Ribeiro et Santos Junior, 2003.

[15] Sousa Santos, 1987, p. 81 ; cit. Sawaia, 2001, p. 32.

[16] Définition de la favela, par José Arthur RIOS, Dicionário de ciências sociais, p. 466-468, 1987.

[17] Rio de Janeiro est la ville où les favelas se sont implantées le plus tôt et le plus massivement. Ceci explique pourquoi la plupart des études sur lesquelles nous nous basons ici, portent sur le contexte carioca.

[18] Les données numériques figurent dans Queiroz Ribeiro et Correa Do Lago, 2001.

[19] Le PT, avec à sa tête le président Lula qui cumule deux mandats de 2003 à 2010.

[20] Quartier de la « ville formelle ».

[21] Machado Silva, 1967, p. 39.

[22]Pour plus d’information sur le budget participatif : voir De Grazia, Torres, 2003 ; Sintomer, 2002.

[23] Les termes portugais ont une forte connotation. Littéralement : courir après, ramener des résultats, satisfaire la communauté.

[24] Le système législatif brésilien possède un parlement à chaque niveau administratif : commune, état fédéré, union.

[25] Ce type d’accord est plus courant lorsque le candidat a déjà un pied dans le système représentatif.

[26] Selon l’un des leaders.

[27] Tous les leaders de notre échantillon mais pas nécessairement tous à Belo Horizonte.

[28] Bien qu’un salaire de fonctionnaire soit sans équivoque bien plus élevé que celui d’un ouvrier, par exemple !

[29] Représentants de chaque quartier élus dont le nombre varie en fonction de la participation des habitants, souvent des leaders mais pas uniquement.

[30] A même été une fois confondue avec « bureaucratie ».

[31] A noter qu’en portugais le terme cidadão définit à la fois le citoyen et le citadin.

[32] En référence aux impôts fonciers dont les favelas sont exemptéesen l’absence de titre de propriété.

[33] Sousa Santos, 1999.

[34] Tel que l’expression est ressortie dans un entretien.

[35] Ramos C., Coin De Carvalho J. E., 2008.

[36] Honneth, 2010.