Elections au Chili : le basculement de l’imaginaire

YANEZ - 1311 - ACTUALITE - Elections au Chili. Le basculement de l'imaginaire2Après le premier tour des élections présidentielles où le centre-gauche est sorti en tête et obtient une majorité au parlement, le Chili se prépare pour son prochain mandat présidentiel qui sera définit le 15 décembre. L’attente ne se concentre plus tant sur l’issue du scrutin que sur la façon dont la candidate, qui  fort probablement remportera le deuxième tour, va exécuter son projet politique et gérer les attentes d’une société critique avec le modèle de croissance chilien.

Lors du scrutin du 17 novembre, Michelle Bachelet, représentant la coalition de centre-gauche  Nueva Mayorìa – et candidate pour son second mandat à la présidence du Chili, a obtenu 47% des votes, bien loin devant Evelyn Matthei la candidate de la droite qui arrive deuxième avec seulement 25%. Ce résultat a été interprété par certains analystes comme le reflet d’une victoire écrasante au vu de la quantité des candidats en concurrence (9 au total). D’autres y ont vu un échec électoral dans la mesure où jusqu’à la dernière minute les sondages envisageaient une victoire dès le premier tour. Cependant, si nous observons ces résultats au-delà du binôme Bachelet-Matthei, qui cristallise la dispute politique traditionnelle du centre-gauche et de la droite chilienne depuis le retour de la démocratie, nous apercevons un scénario politique beaucoup plus complexe qui explique pourquoi l’attention porte essentiellement sur ce qui va se passer après mars 2014, lorsque Sebastian Pinera finira officiellement son mandat.

Les manifestations étudiantes de 2011 ont eu un rôle charnière dans le panorama politique. Après une année de mobilisations, les étudiants ont réussi à installer dans l’imaginaire chilien une série de renvendications historiquement étouffées par le modèle de développement du pays, un des plus inégalitaires au monde. Ainsi, avec le retour dans l’agenda des revendications du système éducatif universel et gratuit détruit par la dictature, un nouvel espace de débat public s’est ouvert pour remettre en question aussi l’activité d’autres systèmes (constitutionnel, santé, retraite, logement, etc.) et les dynamiques qui régissent leur fonctionnement. Une situation inédite depuis le retour de la démocratie. Des concepts tels que le droit, la dignité, la régulation du profit, la solidarité, l’Etat, l’égalité, la participation, entre autres, ont envahi le débat social chilien. Des concepts de différents ordres qui ont déplacé les limites du possible et réinterrogé le sens que la société chilienne donnait au juste.

Cette situation se dévoile lorsque l’on observe que la plupart des candidats du premier tour se situe dans l’axe centre-gauche et qu’ils présentent presque tous le même dénominateur commun dans leurs programmes : trois transformations fondamentales pour éradiquer le modèle social mis en place par Pinochet qui continue de façonner la vie sociale du pays et qui, aux yeux de plusieurs citoyens concentre l’ensemble des pièges qui fragilisent encore la démocratie chilienne. Il s’agit de la réforme du système des impôts, du système éducatif et la construction légitime d’une nouvelle constitution. Ces trois projets remportent le soutien de plus de 70% des votes si nous prenons seulement les candidats qui s’y sont engagés ouvertement (Bachelet, Claude, Enriquez-Ominami, Miranda, Parisi et Sfeir). Notons qu’à droite même Matthei s’est mise à « offrir » des réformes de ce genre pour le deuxième tour, dans le but d’attirer un plus grand nombre d’électeurs indécis ou qui ne sont pas allés voter la première fois (l’abstention : un autre problème auquel doit faire face la politique chilienne et qui devient problématique).

Dans ce contexte nous pensons que l’imaginaire chilien a basculé à gauche, parce qu’après les manifestations de 2011, l’on peut apprécier la cristallisation d’une période dont les conditions historiques, économiques et sociales ont changé et qui a produit, en même temps, des transformations au niveau symbolique. Le vocabulaire et les attentes de la société chilienne ne sont plus les mêmes que dans les années 1990. Cela nous fait réfléchir autour l’émergence d’une culture social-réformatrice comme le signale Pierre Rosanvallon (2011)[1], celle qui dépasse l’espace des intellectuels et politiques propre à la gauche, pour s’installer dans l’ensemble de la société. Des idées et des principes qui permettent à la société de bouleverser un ordre social qui paraissait avoir naturalisé les inégalités et l’injustice, et les avoir considérés comme le résultat inévitable du développement. Ainsi, dans le répertoire programmatique de cette élection on a vu comment un langage mais aussi un projet ont commencé à s’imposer dans la société chilienne. Si l’on capture une image des arguments sur lesquels versent les débats politiques, il est clair que les propositions pour réduire les inégalités et intégrer une société hautement ségréguée prédominent sur les discours en faveur de la concurrence, de la croissance économique ou de la méritocratie, bannières de la droite chilienne.

Ainsi, l’intérêt pour les reformes structurelles de la société chilienne dépasse largement la proportion d’individus qui soutiennent Michelle Bachelet. C’est pour cela qu’il faut maintenant se demander comment elle compte gérer les attentes d’une société qui considère majoritairement qu’il faut modifier les règles du jeu pour que le Chili puisse devenir une société plus juste. Le pays entre dans un nouveau siècle économique, politique et social et l’imaginaire social chilien à tourné à gauche. Personne ne doute que Bachelet gagnera le deuxième tour et que sa coalition aura la majorité au Parlement. Mais cela suffira-t-il pour que cette vague si hétérogène réussisse à transformer la société chilienne à partir de 2014? Telle seront les attentes au soir du dimanche 15 décembre.


[1] Rosanvallon, P., 2011, La société des égaux. Éditions du Seuil, Points, Essais.