Elections au Chili : le basculement de l’imaginaire

YANEZ - 1311 - ACTUALITE - Elections au Chili. Le basculement de l'imaginaire2Après le premier tour des élections présidentielles où le centre-gauche est sorti en tête et obtient une majorité au parlement, le Chili se prépare pour son prochain mandat présidentiel qui sera définit le 15 décembre. L’attente ne se concentre plus tant sur l’issue du scrutin que sur la façon dont la candidate, qui  fort probablement remportera le deuxième tour, va exécuter son projet politique et gérer les attentes d’une société critique avec le modèle de croissance chilien.

Lors du scrutin du 17 novembre, Michelle Bachelet, représentant la coalition de centre-gauche  Nueva Mayorìa – et candidate pour son second mandat à la présidence du Chili, a obtenu 47% des votes, bien loin devant Evelyn Matthei la candidate de la droite qui arrive deuxième avec seulement 25%. Ce résultat a été interprété par certains analystes comme le reflet d’une victoire écrasante au vu de la quantité des candidats en concurrence (9 au total). D’autres y ont vu un échec électoral dans la mesure où jusqu’à la dernière minute les sondages envisageaient une victoire dès le premier tour. Cependant, si nous observons ces résultats au-delà du binôme Bachelet-Matthei, qui cristallise la dispute politique traditionnelle du centre-gauche et de la droite chilienne depuis le retour de la démocratie, nous apercevons un scénario politique beaucoup plus complexe qui explique pourquoi l’attention porte essentiellement sur ce qui va se passer après mars 2014, lorsque Sebastian Pinera finira officiellement son mandat.

Les manifestations étudiantes de 2011 ont eu un rôle charnière dans le panorama politique. Après une année de mobilisations, les étudiants ont réussi à installer dans l’imaginaire chilien une série de renvendications historiquement étouffées par le modèle de développement du pays, un des plus inégalitaires au monde. Ainsi, avec le retour dans l’agenda des revendications du système éducatif universel et gratuit détruit par la dictature, un nouvel espace de débat public s’est ouvert pour remettre en question aussi l’activité d’autres systèmes (constitutionnel, santé, retraite, logement, etc.) et les dynamiques qui régissent leur fonctionnement. Une situation inédite depuis le retour de la démocratie. Des concepts tels que le droit, la dignité, la régulation du profit, la solidarité, l’Etat, l’égalité, la participation, entre autres, ont envahi le débat social chilien. Des concepts de différents ordres qui ont déplacé les limites du possible et réinterrogé le sens que la société chilienne donnait au juste.

Cette situation se dévoile lorsque l’on observe que la plupart des candidats du premier tour se situe dans l’axe centre-gauche et qu’ils présentent presque tous le même dénominateur commun dans leurs programmes : trois transformations fondamentales pour éradiquer le modèle social mis en place par Pinochet qui continue de façonner la vie sociale du pays et qui, aux yeux de plusieurs citoyens concentre l’ensemble des pièges qui fragilisent encore la démocratie chilienne. Il s’agit de la réforme du système des impôts, du système éducatif et la construction légitime d’une nouvelle constitution. Ces trois projets remportent le soutien de plus de 70% des votes si nous prenons seulement les candidats qui s’y sont engagés ouvertement (Bachelet, Claude, Enriquez-Ominami, Miranda, Parisi et Sfeir). Notons qu’à droite même Matthei s’est mise à « offrir » des réformes de ce genre pour le deuxième tour, dans le but d’attirer un plus grand nombre d’électeurs indécis ou qui ne sont pas allés voter la première fois (l’abstention : un autre problème auquel doit faire face la politique chilienne et qui devient problématique).

Dans ce contexte nous pensons que l’imaginaire chilien a basculé à gauche, parce qu’après les manifestations de 2011, l’on peut apprécier la cristallisation d’une période dont les conditions historiques, économiques et sociales ont changé et qui a produit, en même temps, des transformations au niveau symbolique. Le vocabulaire et les attentes de la société chilienne ne sont plus les mêmes que dans les années 1990. Cela nous fait réfléchir autour l’émergence d’une culture social-réformatrice comme le signale Pierre Rosanvallon (2011)[1], celle qui dépasse l’espace des intellectuels et politiques propre à la gauche, pour s’installer dans l’ensemble de la société. Des idées et des principes qui permettent à la société de bouleverser un ordre social qui paraissait avoir naturalisé les inégalités et l’injustice, et les avoir considérés comme le résultat inévitable du développement. Ainsi, dans le répertoire programmatique de cette élection on a vu comment un langage mais aussi un projet ont commencé à s’imposer dans la société chilienne. Si l’on capture une image des arguments sur lesquels versent les débats politiques, il est clair que les propositions pour réduire les inégalités et intégrer une société hautement ségréguée prédominent sur les discours en faveur de la concurrence, de la croissance économique ou de la méritocratie, bannières de la droite chilienne.

Ainsi, l’intérêt pour les reformes structurelles de la société chilienne dépasse largement la proportion d’individus qui soutiennent Michelle Bachelet. C’est pour cela qu’il faut maintenant se demander comment elle compte gérer les attentes d’une société qui considère majoritairement qu’il faut modifier les règles du jeu pour que le Chili puisse devenir une société plus juste. Le pays entre dans un nouveau siècle économique, politique et social et l’imaginaire social chilien à tourné à gauche. Personne ne doute que Bachelet gagnera le deuxième tour et que sa coalition aura la majorité au Parlement. Mais cela suffira-t-il pour que cette vague si hétérogène réussisse à transformer la société chilienne à partir de 2014? Telle seront les attentes au soir du dimanche 15 décembre.


[1] Rosanvallon, P., 2011, La société des égaux. Éditions du Seuil, Points, Essais.

Colombie : la rébellion des « ruanas » contre les traités de libre échange

VALENCIA - 1310 - conflits agraires colombie 11Levántate y mira la montaña
de donde viene el viento, el sol y el agua.
Tú que manejas el curso de los ríos,
tú que sembraste el vuelo de tu alma…[1]

La rébellion des « ruanas » [2]

En Colombie, il y a un proverbe populaire qui dit : « la ley es para los de ruana », «la loi, c’est pour ceux de ruana». «Ceux de ruana», est un qualificatif péjoratif qui désigne les marginalisés ou les exclus des décisions politiques depuis toujours, ou tout au moins depuis la naissance de la vie républicaine en Colombie au XIX siècle. D’après ce proverbe il y a une élite qui produit la loi et se protège elle-même de ses conséquences, tandis que le peuple, les citoyens colombiens en subissent les effets : impôts, effets punitifs, etc.

Mais la récente grève populaire en Colombie a rappelé un fait que la majorité urbaine tend fréquemment à mépriser, ignorer ou oublier. Lorsque «ceux de ruana» se sont révoltés pour la dernière fois, la Colombie a obtenu l’indépendance de la couronne espagnole. Elle a rappelé aussi que même ceux de «ruana» s’impatientent, se fatiguent, ne croient pas à un gouvernement qui, à leurs yeux, vend la terre du pays aux grandes entreprises étrangères et qui est capable d’écraser ses citoyens, que la classe dirigeante colombienne considère traditionnellement comme de simples donneurs de voix.

Des médias indépendants colombiens ont estimé que ce que l’on a appelé la «grève nationale agraire et populaire» d’août dernier a mobilisé près de 300 000 paysans dans tout le pays[3].

Les mesures issues des traités de libre échange (en espagnol, Tratados de Libre Comercio, TLC) avec les États-Unis et l’Union Européenne permettent la vente et l’exportation vers la Colombie de produits agricoles élémentaires pour la consommation, à des taux douaniers bas. Du riz, du lait, de la viande, de l’huile, du maïs, du café, parmi d’autres produits pourraient entrer en masse dans le marché interne à des prix défiant les concurrences nationales.

La Colombie a de larges portions de son territoire et nombre d’agriculteurs dédiés traditionnellement à la production et la vente de leurs produits dans les villes colombiennes et à l’international. Cependant, la situation des habitants du monde rural colombien est difficile. Selon l’Université des Andes, la pauvreté rurale est de 46.8%, et seuls 41% des paysans colombiens disposent d’un droit d’accès à la terre (propriété ou usufruit).[4]

A ces conditions difficiles s’ajoutent les problématiques causées par les TLC, déjà en vigueur avec les États-Unis, qui mettent les paysans colombiens en désavantage. En Colombie il n’y a pas de subventions étatiques à la production agricole pour financer les produits fertilisants et le transport des produits alors que ces subventions existent aux Etats-Unis et en Europe car exigées par leurs marchés respectifs. Ces conditions techniques spécifiques sont inatteignables par les agriculteurs colombiens à moins que le gouvernement ne prenne au sérieux leurs revendications.

Revendications

Prohibieron las semillas nativas, porque son sucias, improductivas y van contra la modernidad del agro colombiano.

Y entonces miles de campesinos mugrosos, incómodos en medio de tanta limpieza, se echaron a las calles y a las inmaculadas carreteras, para ensuciarlas con sus ruanas y con sus callos y con sus botas y con su sangre[5]

Dans un premier temps, les paysans ont demandé la suspension de la résolution administrative 9.70 rédigée par l’ICA (Institut Colombien d’Agriculture) qui pénalise la réutilisation de semences certifiées avec un réprimande écrite, une amende qui peut aller jusqu’à 10 000 fois le salaire minimal colombien et la fermeture temporelle ou définitive de leurs commerces.

Au fur et à mesure qu’ont été instaurés les comités de négociation paysans/gouvernement, les réclamations ont augmenté allant jusqu’à demander la révocation du TLC ou au moins sa renégociation. Les jours de négociation se sont succédés tandis que la tension, les confrontations durant les manifestations et les victimes ont augmenté tant du côté de la population que de la police dans les villes et sur les voies et autoroutes colombiennes.

Résoudre la crise agricole et minière, permettre le droit de propriété de la terre, garantir le droit des paysans à être reconnus comme des sujets politiques, mettre en place une politique d’investissement en équipements de santé, d’éducation, en infrastructure viaires, acheminer l’eau et l’électricité dans les territoires ruraux, telles sont les nombreuses revendications qui tardent encore à être reconnues.

Premières réponses gouvernementales et leurs conséquences

   «Il n’y a pas de grève nationale agraire» [6] Juan Manuel Santos, président de la République.

« (…) ¡represión, represión y bolillo por montón!», Chant des manifestants.

 

«Il n’y a pas de grève nationale agraire», a ainsi dit au début le président Juan Manuel Santos face aux demandes exprimées publiquement par les paysans et leurs leaders regroupés autour des syndicats de travailleurs agricoles.

Cette déclaration, qui s’ajoute aux graves répressions de la police à l’encontre des manifestants dénoncées sur Facebook, Tweeter et d’autres médias, est peut-être la plus chère en termes politiques de ce gouvernement.

Elle a éveillé l’indignation des paysans qui ont accru les blocages des villes et des principales autoroutes du pays. Avant cela, les causes des protestations rurales étaient souvent méconnues par les populations urbaines. L’intervention du Président a alors déclenché une vague de solidarité urbaine provoquant des «cacerolazos» sans précédents à Bogotá, Medellín, Cali, Tunja, entre d’autres.

D’autres secteurs sociaux sont aussi descendus dans la rue pour soutenir la grève nationale agraire et populaire et faire connaître leurs revendications. Enseignants et étudiants de l’école primaire, secondaire et de l’université, travailleurs de santé, ouvriers d’entreprise, mineurs, camionneurs routiers entre autres se sont identifiés durant quelques jours aux réclamations du monde rural colombien. La problématique, dit-on, est loin d’être limitée aux agriculteurs et aux producteurs agricoles.

La résolution 9.70 a été suspendue en réponse aux premières réclamations. Cependant, le gouvernement continue de refuser toute autre pétition de révision ou de réforme des TLC en ce qui concerne l’agriculture.

Il propose des subventions au secteur agricole pendant deux ans, afin de faire face aux importations massives de produits qui peuvent menacer l’agriculture colombienne, la disparition des techniques paysannes traditionnelles et, pire encore, la disparition des semences d’origine du sol colombien, héritages de la terre pour toute l’humanité.

Ce qu’il en reste…

Malgré la création du « pacte national pour l’agriculture colombienne »[7], une équipe de conseillers nommée par le gouvernement pour fluidifier le dialogue social et signer des accords avec chacun des secteurs productifs, le mouvement social entre les différents secteurs peine à trouver une cohésion permanente. Même si la mobilisation est forte, il n’y a pas de direction nationale regroupant toutes les revendications du mouvement.

D’autre part, le gouvernement ayant été renouvelé par décision présidentielle prévue par loi, l’investisseur Rubén Darío Lizarralde, dont l’entreprise Indupalma  exploite l’huile de palme et le caoutchouc, a été nommé de ministre de l’agriculture et du développement rural alors que et que de graves accusations pèsent contre lui. En effet, le sénateur Jorge Robledo, du Polo Democratico Alternativo fermement opposé aux TLC, a interpellé à deux reprises le nouveau ministre de l’agriculture au sujet de graves accusations pesant sur son entreprise car celle-ci se serait approprié des terrains en friche appartenant à l’Etat. Le ministre n’a pas relevé ces interpellations arguant que ces activités concernent l’entreprise Indupalma  à laquelle il n’appartient plus (innocent car il n’est plus responsable)[8].

Les espoirs des paysans mobilisés contre le gouvernement sont donc plutôt incertains. L’intervention d’un des comités de paysans engagé dans la lutte[9] résume bien le scepticisme ambiant partagé par les paysans : « nous regarderons de près si les promesses de sauvegarde du secteur signées à chaud par le gouvernement à cause de la grève seront à l’avenir respectées à la lettre. Les paysans ont un proverbe qui résume bien la situation: «amanecerá y veremos» »[10].

Suggestions de vidéos

« La Rebelión de las Ruanas ». Especiales Pirry. Rcn.

Documentaire 9.70. Dir. Victoria Solano

Documentaire 9.70. Dir. Victoria Solano (En anglais)

 


[1] En français: «lève-toi et regarde la montagne d’où viennent le vent, le soleil et l’eau, toi qui gère le cours des fleuves, toi qui as semé le vol de ton âme». Dans: Salazar, Héctor. ¡¡¡QUÉ SACUDÓN TAN BRAVO!!! ¿De la Protesta Agraria al Levantamiento Civil?.

[2] Ruana : Nom donné à un vêtement traditionnel en forme de cape, utilisé par les paysans des régions froides, y compris ceux où les mobilisations populaires se sont plus intensifiées : Boyacá, Cundinamarca, Nariño, parmi d’autres.

[5] En français : « On a interdit les semences d’origine, car elles sont sales, improductives et contraires à la modernisation de l’agriculture colombienne. Alors des milliers de paysans crasseux sont sortis vers les autoroutes immaculées, fatigués de tant de propreté, pour les salir avec leurs «ruanas», leurs pieds calleux, et leur sang ». (H. Salazar, ibid)

[6] En espagnol: «el tal paro nacional agrario no existe».

[7] Otro pacto más? Ed. Journal El Colombiano. 16 septembre 2013. Voir aussi: Compromisos Gran Pacto agropecuario Antioquia.

[8] Robledo, Jorge Enrique. Lizarralde no puede ocultar su pasado y ser ministro.

[9]  Le comité pour la dignité des paysans de la pomme de terre et de la souveraineté alimentaire. En espagnol «Comité por la Dignidad Papera y la Soberanía Alimentaria».

[10] En français: «on verra lorsqu’il fera jour».